De nouveaux hameçons pour sauver les tortues

23 mai 2012
Chaque année, pas moins de 250’000 tortues de mer subissent un destin cruel. Elles meurent, prisonnières des filets et des hameçons utilisés par les flottes de pêche. Le WWF a développé un nouveau type d’hameçon arrondi qui permet de réduire massivement les prises accidentelles. Ainsi, les tortues menacées peuvent être sauvées. 

Les tortues de mer existent depuis des millions d’années. Elles ont survécu à la petite ère glaciaire et aux dinosaures. Pourtant, aujourd’hui, elles sont sévèrement menacées. Leurs riches effectifs ont été décimés. Le responsable de cette situation? La pêche industrielle. Car chaque année, 250’000 tortues de mer se prennent dans les filets et les lignes des pêcheurs et meurent de manière cruelle.

Le WWF a développé un hameçon arrondi qui permet de réduire considérablement les prises accidentelles de tortues. Les filets de pêche sont également conçus de manière à permettre aux tortues de pouvoir s’échapper grâce à des clapets de fuite. «Si ces nouvelles techniques étaient mises en œuvre dans le monde entier, les prises accidentelles de tortues pourraient être réduites de plus de 90%», souligne Pierrette Rey, porte-parole du WWF en Suisse romande.

A la recherche de solutions
Depuis plusieurs années, le WWF organise un concours mondial, le «Smart Gear» afin de récompenser les innovations qui permettent de réduire les prises accidentelles. Depuis lors, il existe différentes solutions afin d’éviter ce problème. Signaux acoustiques dans les filets qui permettent de maintenir à distance les baleines et les dauphins ou mécanismes pour effaroucher les oiseaux de mer.

Personne de contact
Pierrette Rey, porte-parole pour la Suisse romande WWF Suisse, 079 662 47 45

Encadré
Les tortues de mer
Aujourd’hui mercredi 23 mai, c’est la Journée mondiale des tortues, l’occasion d’attirer l’attention sur les menaces qui pèsent sur cet animal. Il existe aujourd’hui encore 7 espèces différentes de tortues de mer : la tortue imbriquée, la tortue à dos plat, la tortue olivâtre, la tortue de Kemp, la tortue luth, la tortue caouanne, la tortue verte. Elles déposent leurs œufs dans le sable et ceux-ci éclosent grâce à la chaleur du soleil. Une ponte comprend une centaine d’œufs et les jeunes tortues pèsent environ 20 grammes. Même si elles s’éloignent parfois considérablement de leur plage, elles reviennent toujours au même endroit pour y déposer leurs œufs. Un phénomène qui n’est pas encore expliqué aujourd’hui.
Une tortue marine en Papouasie-Nouvelle-Guinée
© Jürgen Freund / WWF-Canon
Sur une plage des Seychelles, une tortue marine vient de déposer ses oeufs
© Martin Harvey / WWF-Canon
A gauche, un hameçon traditionnel. A droite, sa version arrondie que les tortues ne peuvent plus avaler
© Jill Hatzai / WWF-US
Pas moins de 250'000 tortues marines meurent chaque année comme prises accidentelles
© Hélène Petit / WWF-Canon
Tout juste sortie l'oeuf. Seul un petit sur un millier va devenir adulte et se reproduire
© Roger Hooper / WWF-Canon
Une tortue marine sur une plage de Mafia Island en Tanzanie
© Jason Rubens / WWF-Canon

Abonnez-vous à la newsletter du WWF

Avec la newsletter, le WWF vous présente chaque mois ses projets et ses activités, vous donne des nouvelles de l'environnement, et vous informe des possibilités de soutien qui s'offrent à vous.

Devenez fans du WWF Suisse sur Facebook


Suivez le WWF sur Twitter

L'UE s'engage à réduire ses #émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030: http://t.co/4J3CYr9gGD #GES
24 oct. 2014 @WWF_Suisse