Dernière chance pour les dauphins de Maui

24 août 2012
Le WWF lance une pétition destinée au gouvernement néo-zélandais afin qu’il intensifie les mesures de protection pour les dauphins de Maui. Actuellement, il ne reste plus que 55 spécimens de la plus petite espèce de dauphins au monde. Les Suisses peuvent aussi contribuer à l’action en apposant leur signature.

Aujourd’hui, les eaux côtières baignant l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande n’abritent plus que 55 dauphins de Maui. L’extinction de l’une des espèces de dauphins les plus rares et les plus petites au monde est donc imminente. La population a été décimée par les filets maillants très serrés, utilisés par les pêcheurs depuis les années 1970. Ne pouvant repérer ces dispositifs de capture, les dauphins s’emmêlent dans les mailles et finissent par se noyer.

Bien que depuis 2008, les pouvoirs publics néo-zélandais aient adopté des mesures visant à sauver cette espèce animale, les filets de pêche continuent à être autorisés en certains endroits. Les dispositions gouvernementales sont malheureusement insuffisantes pour empêcher l’extinction des rares spécimens. L’extraction de minerai de fer, ainsi que la recherche de pétrole et de gaz naturel perturbent en effet le système d’écholocation des dauphins. Faute de pouvoir communiquer entre eux comme d’ordinaire, les cétacés ne parviennent plus à trouver leurs proies.

Les spécialistes de biologie marine affirment à l’unanimité que l’espèce pourrait être sauvée si des mesures plus strictes étaient mises en œuvre. C’est la raison pour laquelle le WWF lance aujourd’hui une action internationale et enjoint les autorités de Nouvelle-Zélande à abolir complètement l’usage de filets maillants dans les eaux fréquentées par les dauphins. Il est en outre indispensable d’interdire l’exploitation minière dans ces régions et d’aménager un couloir maritime protégé pour les animaux. «Si le gouvernement néo-zélandais n’agit pas immédiatement, le monde perdra à nouveau un mammifère précieux», met en garde la porte-parole du WWF, Pierrette Rey. L’organisation appelle donc les Suisses à signer dès aujourd’hui la pétition disponible sur www.worldwildlife.org/SaveMauiDolphin  

((Encadré))
Le dauphin de Maui, une sous-espèce du dauphin d’Hector, possède un aileron dorsal et un corps arrondis, comportant des marques noires en certains endroits. Dans les années 1970, on en dénombrait encore 1500 environ. De nos jours, la population ne dépasse pas les 55 spécimens.

Informations complémentaires:
Pierrette Rey, porte-parole pour la Suisse romande, WWF Suisse, Tél. 021 966 73 75; portable: 079 662 47 45
Maui Dolphin
Un dauphin de Maui
© University of Auckland
Maui Dolphin
Il ne reste plus qu'une cinquantaine de dauphins de Maui
© University of Auckland

Abonnez-vous à la newsletter du WWF

Avec la newsletter, le WWF vous présente chaque mois ses projets et ses activités, vous donne des nouvelles de l'environnement, et vous informe des possibilités de soutien qui s'offrent à vous.

Devenez fans du WWF Suisse sur Facebook


Suivez le WWF sur Twitter

Quand notre mascotte se roule dans la neige au zoo de Toronto: https://t.co/wBmZ7WfJMA
il y a 4 heures @WWF_Suisse

Votre don au WWF est déductible des impôts.