Cleantech: la Suisse n’est pas assez innovante

27 février 2012
Au niveau mondial, l’industrie des cleantech fait partie des branches en pleine croissance. La Suisse pourrait en profiter tout particulièrement. Dans le domaine des technologies écologiques justement, sa force d’innovation n’est toutefois pas brillante puisqu’elle ne sort que 15e d’un classement de 38 pays.

Ces dernières années, le marché mondial des technologies écologiques a connu une hausse d’environ 30% en moyenne. Pour son rapport «Cleantech Global Innovation Index» qui vient d’être publié, la société de conseil Cleantech Group a, pour la première fois, cherché à savoir quels étaient les pays particulièrement innovants, promis à une brillante réussite sur ce marché dans les 10 prochaines années.

Classée 15e parmi les 38 nations évaluées, la Suisse ne fait pas particulièrement bonne figure. Si l’étude atteste de sa force d’innovation générale, elle souligne également ses performances inférieures à la moyenne dans le secteur des cleantech. De plus, deux ingrédients essentiels au succès des jeunes entreprises des cleantech n’y sont pas disponibles en quantité suffisante: le capital-risque et un marché national misant pleinement sur les énergies propres et offrant ainsi des chances aux jeunes entreprises.

Au Danemark, où l’Etat mise pleinement sur les cleantech tant dans la loi qu’au niveau des mandats de recherche, la situation est bien différente. Une branche des cleantech déjà très bien développée et du capital-risque mis généreusement à disposition forment un terreau fertile à l’innovation et au succès. Grâce à ces atouts, le Danemark occupe la tête du classement. Il est suivi d’Israël, qui vient se glisser dans le groupe scandinave des nations les plus novatrices. Quant à l’Inde et à la Chine, elles obtiennent également de meilleurs résultats que la Suisse.

«Les cleantech sont l’une des plus grandes opportunités pour l’économie suisse», affirme Katharina Serafimova du WWF Suisse en réaction à la publication de ce classement. «Mais nous ne faisons pas assez d’efforts pour saisir cette chance.» Les investisseurs doivent faire preuve d’esprit d’entreprise. «Mais pour soutenir notre industrie, la politique aussi doit miser davantage sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, comme le fait le Danemark.»

Informations complémentaires:
Avec l’étude «Coming Clean: The Cleantech Global Innovations Index 2012» mandatée par le WWF, l’entreprise de conseil Cleantech Group a examiné pour la première fois la force d’innovation des pays dans le domaine des cleantech.
Les cleantech regroupent tous les produits, prestations et processus contribuant de manière déterminante à une économie durable, quelle que soit leur branche d’origine. Cette étude met l’accent sur les entreprises innovantes et les start-up.

Le rapport avec les résultats des différents pays est disponible sur www.wwf.ch/medias

Contact:
Katharina Serafimova, chef de projet finance et économie, WWF Suisse, tél. 079 341 97 79
Pierrette Rey, porte-parole pour la Suisse romande, WWF Suisse, tél. 021 966 73 75.

Le classement:
1. Danemark
2. Israël
3. Suède
4. Finlande
5. USA
6. Allemagne
7. Canada
8. Corée du Sud
9. Irlande
10. Grande-Bretagne
...
15. Suisse
Die Schweiz könnte von umweltfreundlichen Technologien profitieren
Die Schweiz könnte von umweltfreundlichen Technologien profitieren
© Claire Doole / WWF Canon

Abonnez-vous à la newsletter du WWF

Avec la newsletter, le WWF vous présente chaque mois ses projets et ses activités, vous donne des nouvelles de l'environnement, et vous informe des possibilités de soutien qui s'offrent à vous.

Devenez fans du WWF Suisse sur Facebook


Suivez le WWF sur Twitter

Les centrales au #charbon menacées en Allemagne: http://t.co/bh0qHIhmnT #énergiesfossiles #climat
il y a 59 minutes @WWF_Suisse

Votre don au WWF est déductible des impôts.