circulation routière

Transports – réduction des trajets, déplacements plus écologiques

En Suisse, les transports sont le premier ennemi du climat. Ils produisent 33% des gaz à effet de serre, sans compter le trafic aérien international en partance de la Suisse. Les coûts qui en résultent pour l'environnement, la société, et les générations futures sont énormes. Les faibles prix actuels de la mobilité entraînent une consommation irréfléchie.

Les transports, premier ennemi du climat

Transports
Ménages
Industrie
Agriculture
Services
Déchets

Emissions de gaz à effet de serre par secteur en million de tonnes CO2 équivalent

Les Suisses et les Suissesses sont très mobiles: en moyenne, nous parcourons chaque jour 36,8 kilomètres, dont deux tiers en voiture. Près de 80% des ménages suisses possèdent en effet un véhicule particulier. Mais la médaille a aussi son revers: les transports sont le premier émetteur de gaz à effet de serre en Suisse. Environ un tiers de ces émissions proviennent des transports, dont deux tiers sont à imputer aux voitures privées.

Au lieu de diminuer, les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports ont augmenté de 4% entre 1990 et 2015. Et malgré les progrès techniques qui ont permis d'accroître l'efficacité des moteurs, les émissions n'enregistrent presque aucune baisse à ce jour. En réalité, tant le nombre de véhicules en Suisse que le nombre moyen de kilomètres parcourus en voiture par personne continuent d'augmenter chaque année. Une tendance catastrophique pour le climat.

Le coût de la mobilité est trop bas

Nombre de véhicules privés en 2016

En Suisse, les coûts des trajets en voiture sont trop bas. Les conséquences négatives des véhicules particuliers, telles que la pollution atmosphérique, la détérioration du climat, et le bruit, engendrent des frais élevés. Ces derniers ne sont pourtant pas supportés par les responsables, mais sont rejetés sur la collectivité – les conducteurs automobiles ne sont pas contraints de payer les dommages de leur poche. N'ayant pas à s'acquitter des coûts totaux de la mobilité, les automobilistes n'ont que peu d'incitation à acheter des voitures plus écologiques, à réduire les trajets, ou à augmenter le taux d'occupation des véhicules. Les Suisses et Suissesses utilisent donc davantage leurs voitures du fait que la collectivité assume une partie des coûts. 

En nous déplaçant de plus en plus, nous ne nuisons pas qu'à l'environnement, mais aussi à notre qualité de vie. Courtes distances, motorisation zéro émission, et priorité aux piétons, cyclistes, et transports publics – voilà l'avenir de la mobilité.

Un besoin urgent de concepts écologiques

Les experts estiment qu'en 2023, jusqu'à 35% des voitures neuves fonctionneront partiellement ou totalement à l'électricité. 

Pour le WWF, la mobilité durable est une mobilité de courtes distances, c'est-à-dire avec un volume de trafic nettement inférieur à celui d'aujourd'hui. Il convient pour ce faire d'instaurer des prix de transports correspondant aux coûts réels, de mettre en place des règlements efficaces, et de promouvoir des nouvelles technologies et des concepts de transports intelligents.

Le fait que près de 80% des ménages suisses possèdent aujourd'hui un véhicule est non seulement onéreux et polluant, c'est aussi très inefficace. Le co-voiturage se substitue à la possession d'une voiture. Cette méthode permet de partager les coûts et de faire baisser la demande de places de parking. Lorsque l'on partage un véhicule avec d'autres personnes, on a aussi plus souvent recours à des alternatives, ce qui entraîne une baisse de la consommation de carburant et des émissions de CO2. D'après les experts, l'utilisation du co-voiturage devrait augmenter en raison des économies réalisées pour l'environnement, mais aussi pour le porte-monnaie.

Les voitures électriques peuvent aussi fait partie de la solution, en réduisant la dépendance au pétrole et en diminuant fortement les émissions de CO2. En outre, l'amélioration de l'efficacité énergétique des moteurs électriques peut permettre une meilleure efficience des transports. Toutefois, les véhicules électriques ne sont écologiques que s'ils ne sont pas surdimensionnés et si l'électricité qu'ils consomment provient de sources renouvelables. Par conséquent, si nous souhaitons miser à l'avenir sur une mobilité de plus en plus électrique en Suisse, nous devons aussi développer en conséquences la production d'électricité renouvelable.

Voiture électrique en charge

L'électromobilité est une chance pour l'écologisation du secteur des transports.

Modifications du cadre légal

En plus d'approches innovantes et de progrès technologiques, des interventions politiques sont également nécessaires pour concevoir les transports de manière plus respectueuse de l'environnement. A l'heure actuelle, aucune taxe CO2 n'est prélevée sur les carburants fossiles tels que l'essence ou le diesel, comme il en existe pour les combustibles fossiles. Il est urgent de remédier à cette situation. Une taxe de CO2 suffisamment élevée sur les carburants permettrait de rapprocher le prix de la mobilité des coûts réels. Elle inciterait aussi les automobilistes à acheter des voitures écologiques et à diminuer leurs trajets.

Nous exigeons que le plafond des émissions de CO2 des voitures et véhicules de livraison nouvellement mis en circulation soit rabaissé. Avec la Stratégie énergétique 2050 adoptée par la Confédération, la limite légale sera fixée à 95 grammes de CO2 par kilomètre à partir de 2021.

Mobilité responsable – la marche à suivre

Découvrez dans nos éco-conseils comment vous déplacer de manière écologique.

Ce que vous pouvez faire en plus

Découvrez votre empreinte écologique en utilisant notre calculateur prévu à cet effet et apprenez à la réduire. En tant que membre WWF, vous soutenez en outre notre travail en faveur du climat, ce qui nous permet de militer pour un cadre légal respectueux de l'environnement et des concepts de transports écologiques. 

Sun met derrière la terre sous

Calculateur d'empreinte écologique

Evaluez votre impact personnel sur l'environnement et suivez nos conseils personnalisés pour l'améliorer.

Bonobo mère embrassant son bébé

Adhésions adultes

En devenant membre du WWF, vous rejoignez un immense réseau: plus de 5 millions de personnes venues du monde entier soutiennent déjà nos projets.