Poissons et coraux dans la Grande barrière de corail, en Australie.

Parc Tun-Mustapha: la plus grande aire marine protégée de Malaisie

A la pointe nord de l'île de Bornéo se trouve un écosystème unique en son genre. Pour préserver la richesse des espèces qu'il abrite, le gouvernement malaisien a fondé le parc national de Tun Mustapha, dans l'Etat de Sabah, avec le soutien actif du WWF. Cette nouvelle aire marine protégée couvre une superficie égale à près d'un quart de la Suisse.

Un paradis sous-marin en danger

Biodiversité marine

Près de 360 espèces de poissons différentes vivent dans la région du parc maritime de Tun Mustapha.

Dugongs, tortues et requins-baleines se meuvent avec grâce entre les coraux colorés, les zostères et la mangrove, accompagnés d'une multitude de poissons. Située à la pointe Nord de l'île de Bornéo, en Malaisie, la région de l'île de Banggi, dans la division de Kudat, est reconnue comme l'un des plus riches écosystèmes marins de la planète, abritant notamment des espèces rares et menacées comme le dauphin de l'Irrawaddy ou la loutre de mer. Mais ce paradis est en danger: pratiquant la pêche à l'explosif ou au cyanure depuis plusieurs décennies, les pêcheurs locaux détruisent les coraux et leurs habitants, et le développement du tourisme, la pollution ainsi que l'exploitation du pétrole et du gaz constituent autant de menaces supplémentaires pour ces riches écosystèmes.

nager avec les poissons dugong
natation de tortue sur le corail
Mangroves ci-dessus et au-dessous de la surface de la mer

Les richesses variées de la nouvelle réserve: dugongs, tortues vertes et mangrove

Une belle réussite: l'ouverture du parc

Le WWF œuvre depuis 2003 à la création d'une nouvelle aire marine protégée en Malaisie, et a soutenu les travaux préliminaires à la fondation du parc Tun Mustapha. En mai 2016, ce long et patient travail a enfin porté ses fruits: l'Etat malaisien de Sabah a inauguré officiellement le parc maritime de Tun Mustapha. L'objectif de ce dernier est de protéger la biodiversité et les ressources marines et d'assurer ainsi la pérennité du cadre de vie des populations dans et autour du parc.

Cette réussite a été rendue possible grâce au concours d'un grand nombre de partenaires sur divers plans:

  • Institutions officielles: outre la direction des parcs de Sabah, le WWF travaille en étroite collaboration avec les autorités chargées de la pêche et de la gestion de la faune sauvage ainsi qu'avec le ministère du Tourisme, de la Culture et de l'Environnement, responsable de la fondation du parc.
  • Afin de renforcer l'acceptation des populations concernées, le WWF s'est associé dès le début du projet avec les autorités villageoises et les organisations locales de la région du parc. Les habitants ont ainsi pu participer à l'administration du parc et développer de nouvelles sources de revenus.
  • Universités et réseaux de recherche: le WWF approfondit en permanence sa collaboration avec des chercheurs partenaires afin de développer les connaissances sur les écosystèmes du parc Tun Mustapha. En effet, on ne peut protéger que ce que l'on connaît.
  • Parmi les autres partenaires du projet se trouvent d'autres ONG, des médias et des acteurs du secteur privé: il est en effet indispensable de compter sur un large soutien afin de mettre en place une administration solide et d'utiliser les ressources du parc de manière durable.

D'une superficie de 900 000 hectares, soit l'équivalent d'un quart de la Suisse, le parc Tun Mustapha est le premier parc maritime de Malaisie et l'un des plus vastes de tout le Triangle de Corail.

Carte Tun Mustapha Park

Carte du parc Tun Mustapha, en Malaisie

Opportunités et perspectives pour les autochtones

«Ce parc représente un changement de paradigme: contrairement à bon nombre d'autres aires protégées, les populations n'ont pas été tenues à l'écart mais impliquées dès le début.»

Portrait Alice Eymard-Duvernay

Cette nouvelle aire protégée se distingue des autres réserves marines par le choix qui a été fait dès le début d'impliquer les riverains dans son administration. Une démarche qui a permis d'améliorer l'acceptation de la population et offre à celle-ci de nouvelles opportunités. Ainsi, le WWF a formé des gardes-chasse issus des villages environnants pour surveiller la zone. Par ailleurs, pour assurer aux communautés locales des alternatives économiques à la pêche, le WWF travaille avec elles au développement de nouvelles sources de revenus, en promouvant notamment l'écotourisme (plongée, reboisement des mangroves), la relance de l'artisanat local ou encore l'émergence de nouvelles activités de production comme l'élevage de concombres de mer ou la culture maraîchère.

Avec des partenaires tels que le club des jeunes de l'île de Banggi ou le centre de sauvegarde des tortues de Kudat, le WWF assure sa mission de sensibilisation aux enjeux environnementaux et à la prise de conscience de l'importance de ses actes. Actions de nettoyage des plages, participation à des courses solidaires, sauvegarde des jeunes tortues tout juste sorties de l'œuf et présentation des atouts du recyclage sont autant de manifestations concrètes de cette collaboration.

 

Poursuite du projet

«Ces personnes me sont devenues très proches après toutes ces années. Aujourd'hui, je souhaite surtout que le parc leur apporte des bénéfices.»

La fondation du parc de Tun Mustapha en Malaisie constitue un premier pas sur la voie de la protection de cette région maritime située autour de la pointe Nord de l'île de Bornéo, mais rien n'est encore acquis. Il importe à présent de mettre en place une solide administration, d'assurer la pérennité des sources de financement et de garantir l'autonomie financière des activités professionnelles alternatives développées. A la demande des autorités du parc, le WWF élabore des propositions de plan de gestion, vérifie les modèles de financement et continue à soutenir des initiatives locales. Il y a encore beaucoup à faire pour mettre un terme aux pratiques de pêche destructrices et pour protéger certaines espèces menacées comme les tortues de mer ou les requins. Nous entendons montrer que la gestion collaborative d'un parc peut fonctionner et qu'elle est utile non seulement à la nature mais aussi aux riverains de l'aire marine protégée. Le parc Tun Mustapha pourrait ainsi devenir un exemple à suivre pour les autres régions menacées.

Ce que vous pouvez faire

Faites un don en faveur des océans pour nous aider à créer de nouvelles aires marines protégées. Vous pouvez également soutenir notre action dans le Triangle de Corail en parrainant la région, ou encore consulter notre Guide Poissons & fruits de mer afin de découvrir quelles espèces vous pouvez déguster sans la moindre arrière-pensée.

Aérienne Hardy Reef. Une partie de la Grande Barrière de Corail en Australie.

Je protège les mers

CHF Mon don
Montant minimal: CHF
Montant maximal: CHF

Avec votre don, nous pouvons protéger les écosystèmes marins.

Huîtres fruits de mer et guide poissons

Guide Poissons & fruits de mer

Découvrez quelles espèces de poissons et de fruits de mer vous pouvez déguster en toute sérénité.

Poisson clown dans le Triangle de Corail

Parrainer le Triangle de Corail

En devenant parrain, vous aidez le WWF à préserver dans la durée ce fascinant écosystème sous-marin d'Asie du Sud-Est.