Giant panda (Ailuropoda melanoleuca) eating at the Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding in Chengdu, China
Le panda géant

Un adorable végétarien

Le panda géant - un adorable végétarien

Un ours pas comme les autres

Emblème du WWF, le panda géant est aussi le symbole indéniable de la protection des espèces. A la naissance, il ne pèse pas plus lourd qu'une tablette de chocolat, mais il devient vite l'ours blanc et noir que chacun connaît bien.

Bien que doté d'un système digestif de prédateur, le panda géant se nourrit à plus de 99% de bambou. Il ne peut survivre dans les endroits où cette plante ne pousse pas. Il en consomme entre neuf et dix-huit kilos par jour – une quantité justifiée par le fait que le bambou est très peu nutritif. La panda présente une caractéristique anatomique qui lui permet de manger facilement son aliment préféré: ses pattes avant sont dotées d'os carpiens plus grands que la normale, formant un «faux pouce» qui lui permet de mieux saisir les tiges. Pour autant, il n'est pas complètement végétarien: à l'occasion, il mange de petits mammifères - lorsqu'il parvient à les attraper.

Le panda a besoin d'une forêt intacte. Celle-ci est également essentielle pour la population locale, qui trouve en elle une source de revenus ainsi qu'un gisement de bois pour le chauffage des maisons et la cuisson des aliments. Nous élaborons donc avec les locaux des solutions d'exploitation forestière durable, afin d'enrayer la destruction des habitats des espèces menacées.

Nom scientifique

Panda géant (Ailuropoda melanoleuca)

Statut (IUCN)

Vulnérable

Population

1864 individus (état: 2015)
Tendance: augmentation de 17% depuis 2004

Taille

Poids: jusqu'à 125 kg
Taille: 1,2 m - 1,8 m

Diffusion

Forêts claires de feuillus et d'épineux, avec bambous en sous-bois, à une altitude généralement comprise entre 1500 et 3000 mètres, dans six chaînes de montagnes du Sud-Ouest de la Chine

Menacé par le recul de ses habitats

Depuis le dernier recensement, effectué en 2004, la population de pandas géants a augmenté de 17% – ce qui ne fait jamais que 1860 individus à l'état sauvage... La réduction de leur habitat leur permet de plus en plus difficilement de se retrouver. La plupart vit aujourd'hui dans de petites ceintures forestières peu nombreuses, séparées les unes des autres par des champs, des routes et des villages.

Panda cherche panda

L'émigration d'un «îlot forestier» à l'autre, et avec elle l'échange de patrimoine génétique, est pratiquement impossible. Près de la moitié des différentes populations compte moins de dix individus. Cette situation augmente le risque de consanguinité et partant, la prédisposition aux maladies.

panda géant DA DI et JIA LIN ensemble

Une floraison désastreuse

Tous les 15 à 120 ans se produit dans les forêts chinoises un phénomène unique: les bambous fleurissent tous en même temps. Puis, tous les plans d'une même famille meurent. Autrefois, cet événement ne posait pas grand problème dans la mesure où les pandas migraient vers des territoires plantés d'autres espèces de bambous. Mais aujourd'hui, dans les îlots de forêt isolés, la situation peut devenir véritablement catastrophique. C'est pourquoi les autorités chinoises ont mis au point un plan de secours de façon à ce qu'en cas de nécessité, les animaux concernés soient regroupés dans des stations spéciales, avant d'être emmenés dans des endroits bien pourvus en bambous.

Forêt de bambous du point de vue du sol forestier

Braconnage

Sévèrement réprimée, la chasse au panda géant a pratiquement disparu. Le braconnage n'en reste pas moins un danger pour l'espèce, l'ursidé se retrouvant parfois pris dans des pièges initialement destinés à d'autres animaux.

Ensemble pour les pandas

En Chine, nous sommes autorisés à œuvrer pour notre mascotte depuis 1980. Nous militons activement pour la création et l'agrandissement de réserves dédiées. Cependant, environ deux tiers des pandas seulement vivent dans de telles structures. Depuis 2003, l'aire de répartition de ces ursidés a augmenté de 12%, atteignant 25 000 km².

Le travail que nous menons pour protéger notre animal emblématique porte ses fruits. Le nombre de pandas est en augmentation. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a revu en 2016 la classification du panda, ramenée de «En danger» à «Vulnérable». Preuve s'il en est de l'efficacité des mesures prises!

Toutefois, malgré les efforts déployés, la survie du panda géant en milieu sauvage n'est pas encore assurée. Le WWF contribue à relier les derniers territoires de repli de l'ursidé par la création de corridors forestiers. De cette façon, les pandas bénéficieront d'un habitat plus important et pourront passer d'un territoire à l'autre, améliorant ainsi les échanges entre les différentes populations.

Pour ce faire, le WWF collabore étroitement avec le gouvernement et l'administration des réserves. Il soutient les recherches scientifiques et participe à l'amélioration de la gestion des parcs, à l'organisation de patrouilles anti-braconnage et à la formation de gardes-chasse. Il mène également un programme de sensibilisation aux thématiques environnementales et travaille avec la population locale pour élaborer des solutions d'exploitation durable de la forêt – par exemple en se tournant vers d'autres sources de revenus, tels que le tourisme vert ou la vente de fruits et de miel locaux.

Le nombre de pandas à l'état sauvage, une bonne raison de se réjouir

En dix ans, le nombre de pandas a augmenté de 17%. Un succès qui récompense nos efforts!

Des fours efficaces et beaucoup d'éducation

En utilisant des fours efficaces, la population locale est en mesure de réduire sa consommation de bois, réduisant ainsi drastiquement la perte d'habitat des pandas. Notre collaboration avec le gouvernement chinois contribue à la protection des pandas.

Les habitants du Kenya testent le poêle à bois, Naivasha au Kenya

Les entreprises compensent leurs émissions de CO2

Belle preuve d'engagement en faveur du climat et de la nature: Quelques-unes des entreprises partenaires avec lesquelles le WWF a convenu d'objectifs climatiques ne se contentent pas d'éviter et de réduire leurs émissions de CO2, mais compensent également les rejets qu'elles ne peuvent empêcher.

Plus d’informations
femme Yi devant un nouveau four en Chine

Préserver l'habitat des pandas grâce à des cuisinières plus efficaces

Pour sauvegarder les forêts où vit le panda géant, le WWF encourage le recours à des cuisinières à haute efficacité dans les villages reculés de la province du Sichuan. Moins gourmandes en bois, celles-ci permettent de préserver l'habitat du panda en Chine et de réduire les émissions de CO2.

Plus d’informations

Ce que vous pouvez faire

Agissez! Faites un don en faveur de notre animal emblématique, ou adoptez symboliquement un panda. Estimez votre empreinte écologique personnelle avec notre calculateur d'empreinte écologique et découvrez comment vivre de façon plus durable.

Panda perché sur un arbre

J'aide le panda

CHF Mon don
Montant minimal: CHF
Montant maximal: CHF

En faisant un don, vous contribuez à la protection de l’environnement partout dans le monde.

Peluche Panda du WWF-Store

Adoption d'un panda

Avec cette adoption symbolique, vous contribuez à préserver l'habitat de notre emblème. Vous recevrez une peluche ainsi qu'une fiche d'identité sur votre protégé.

Sun met derrière la terre sous

Calculateur d'empreinte écologique

Evaluez votre impact personnel sur l'environnement et suivez nos conseils personnalisés pour l'améliorer.