04. décembre 2017 — Communiqué de presse

La plupart des marais suisses vont de plus en plus mal

30 ans après l’adoption de l’initiative pour la protection des marais («Initiative de Rothenthurm»), une grande partie des marais suisses se portent plus mal qu’avant. Pro Natura, BirdLife Suisse et le WWF Suisse critiquent vertement les énormes déficits dans l’application du mandat légal. La préservation de la valeur des marais et leur entretien nécessitent la mise à disposition de beaucoup plus de moyens, comme prévu par la Constitution fédérale. Les organisations environnementales exigent une intervention immédiate de la Confédération et des cantons.

Moorland, Eriz, Berne, Suisse

La préservation de la valeur des marais et leur entretien nécessitent la mise à disposition de beaucoup plus de moyens

L’adoption de l’Initiative de Rothenthurm pour la protection des marais fête son 30e anniversaire le 6 décembre 2017. Grâce au oui très net du peuple suisse, ces habitats de haute valeur pour les espèces animales et végétales rares, et qui sont en même temps des paysages mythiques et d’importants puits de carbone, sont strictement protégés sur le papier. Si une partie des marais ont bien été revalorisés depuis pour les préserver, 80 % des hauts-marais ont toujours un besoin urgent d’assainissement et près de 70 % des bas-marais s’embuissonnent de manière indésirable. Il n’existe en Suisse plus que 10 % des surfaces marécageuses d’origine.

Menace d’assèchement

Des drainages artificiels privent les marais de l’eau dont ils ont besoin. Des plantes rares et protégées sont menacées de disparition à cause de la fertilisation indirecte due à l’agriculture et à cause des immissions d’azote de l’air. Ces constats, répétés depuis des années par les scientifiques et par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), ont encore été récemment confirmés par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La solution est pourtant simple

Pour préserver à long terme la fonction des marais suisses, notamment comme habitats pour les oiseaux, les libellules ou les plantes carnivores, comme puits de carbone et comme éléments paysagers féériques, une mesure toute simple est nécessaire: il faut mettre à disposition davantage d’argent pour la protection concrète des marais par les cantons, conformément à ce que prévoit la Constitution. Les organisations environnementales exigent que la Confédération et les cantons débloquent enfin ces moyens dans les plus brefs délais. Chaque année qui passe sans rien faire augmente les coûts et les dégâts.

Mais le Parlement suit une autre direction

Les paysages protégés et les habitats dignes de protection subissent une pression politique toujours plus grande. Par exemple, l’initiative parlementaire Eder exige un assouplissement de la protection des plus beaux paysages (régions inscrites à l’IFP) et des écosystèmes les plus importants afin d’y faciliter les projets de constructions. Les organisations environnementales s’y opposeront.

Invitation à la table ronde (en allemand)

Les marais - défis et perspectives sur le plan local et général

À l’occasion des 30 ans de l’Initiative de Rothenthurm, une table ronde avec des conférences de spécialistes reconnus de la protection des marais est organisée par le conseil environnemental de Schwyz (Schwyzer Umweltrat), entre autres avec les sections schwyzoises de Pro Natura, BirdLife et du WWF.

Date: mercredi 6 décembre 2017, de 19 h 40 à env. 21 h 15

Lieu: salle multimédia de l’école primaire de Rothenthurm, Schulstrasse 5, 6418 Rothenthurm SZ (plan: https://goo.gl/maps/4PkPPFFnG272)

La table ronde est publique et gratuite, mais une inscription auprès de mail@schwzyer-umweltrat.ch est indispensable pour des raisons d’organisation.

Personnes de contact

Pierrette Rey
porte-parole du WWF Suisse
021 966 73 75
Sarah Pearson Perret
secrétaire romande de Pro Natura
024 423 35 66
François Turrian
directeur romand BirdLife Suisse
079 318 77 75