19. juillet 2018 — Communiqué de presse

Abattage de la forêt tropicale dans la région du Mékong: la base existentielle de millions de personnes et d’espèces est en danger

Moins des deux tiers des forêts originelles des pays du Grand Mékong existent encore. Dans un rapport publié aujourd’hui, le WWF tire l’alarme et exige que des mesures soient prises sans plus attendre. C’est en effet tout un écosystème et, dans son sillage, la base existentielle de millions d’individus que la déforestation menace. La forêt doit être protégée maintenant.

Graphic Greater mekong less than 30 Percent ist still there

En son temps l’une des régions les plus densément arborisées du monde, le Grand Mékong a perdu un tiers de ses arbres depuis 1970, et en perdra un autre tiers d’ici 2030 si des mesures ne sont pas prises d’urgence pour protéger et rétablir les forêts naturelles.

Le rapport du WWF «Pulse of the Forest» définit la menace pesant sur les forêts de la région du Grand Mékong, formée du Myanmar, de la Thaïlande, du Laos, du Cambodge et du Vietnam. Mais il révèle aussi leur potentiel. La région est l’un des onze fronts de déforestation globaux identifiés par le WWF. Ces derniers pourraient être responsables de jusqu’à 80% des pertes de zones forestières mondiales au cours des décennies à venir.

«Les écosystèmes des forêts du Mékong sont des moteurs hautement performants, qui stimulent l’économie et la vie dans le Sud-Est asiatique. Mais ces forêts disparaissent à une vitesse alarmante, et nous devons changer notre comportement à leur égard», affirme Simone Stammbach, spécialiste des forêts au WWF Suisse. «Les individus et les projets évoqués dans notre récent rapport montrent qu’il est permis d’espérer, qu’il est possible de gagner sa vie raisonnablement tout en préservant les forêts, le monde animal et les avantages d’un écosystème sain.» Thibault Ledecq, coordinateur régional du WWF en matière de forêts, résume la situation ainsi: «Nous ne devrions pas attendre que d’autres agissent. L’avenir des forêts du Mékong est entre nos mains.» Le WWF référence, dans son rapport, les solutions permettant d’assurer la survie de ces précieux écosystèmes. Il demande par exemple aux représentants des gouvernements et aux entreprises d’intégrer enfin une sylviculture responsable dans leurs chaînes de création de valeur.

Actuellement, l’expansion agricole, les plantations de caoutchouc, l’abattage légal ou illégal d’arbres et la construction de routes, de barrages hydrauliques et d’autres infrastructures sont autant de menaces qui pèsent sur les forêts. Le résultat est une diminution sévère de la diversité des espèces et la destruction d’habitats, qu’il s’agisse de ceux des humains, des animaux ou des plantes. Dans les forêts du Mékong, plus de 2000 nouvelles espèces de vertébrés et de plantes ont été découvertes ces vingt dernières années. La destruction des forêts a par ailleurs une influence directe sur l’approvisionnement en eau potable de millions de personnes, ainsi que sur des douzaines de fleuves, y compris le Mékong lui-même, qui livre chaque année plus de 4,5 millions de tonnes de poisson.

 

Le rapport du WWF expose les histoires impressionnantes de personnes travaillant sans relâche à mettre un terme à la destruction des forêts, afin de préserver leur base existentielle. Elles sont la preuve que la préservation de ces habitats précieux influence directement le bien-être des individus. 

 

Rapport et photos à télécharger

Contact:

Pierrette Rey, porte-parole du WWF Suisse, tél. 021 966 73 75.