13. août 2019 — Communiqué de presse

Classement WWF: les politiques climatiques cantonales échouent dans le domaine du bâtiment

Jeunes et moins jeunes protestent dans les rues depuis des mois pour demander davantage de protection du climat. Mais les cantons font la sourde oreille. Dans le dernier classement du WWF, seul Bâle-Ville atteint la deuxième note la plus haute – «engagé» – en politique des bâtiments.

toit solaire sur un immeuble de bureaux, Neuhausen
  • Le classement du WWF n’accorde à aucun canton la note «responsable». Seul Bâle-Ville atteint la deuxième marche du podium et se voit attribuer la note «engagé». Le groupe «en retard» est mené par Genève et le Jura. L’Argovie, Nidwald, Zoug et Schwytz ferment la marche. Dans ces cantons, la politique climatique dans le domaine du bâtiment est jusqu’à présent «bloquée».
  • La protection de l’environnement dans le domaine des bâtiments est du ressort des cantons. Et ceux-ci peuvent prendre des mesures opportunes. Bâle-Ville dispose ainsi de règles innovantes pour les énergies renouvelables en cas de remplacement d’un chauffage. Le Valais a un programme de soutien exemplaire dont profitent de nombreux habitants. Quant au canton de Fribourg, il encourage activement la planification énergétique régionale.
  • La plupart des cantons ont désormais l’occasion de concevoir leurs lois sur les bâtiments dans l’intérêt des générations futures. L’objectif est de reprendre les modèles de prescriptions décidées en commun («MoPEC»). Le problème est toutefois que ces prescriptions ne sont pas contraignantes et qu'elles sont souvent mises en œuvre de manière incomplète. A cela s’ajoute qu’elles ne suffisent plus depuis longtemps pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.
  • Le WWF en appelle à la Confédération: comme les cantons ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités en politique climatique, c’est à la Confédération d’agir. Le Conseil des Etats doit ancrer dans la révision de la loi sur le CO2 des règles efficaces pour les seuils d’émissions.

Citations d’Elmar Grosse Ruse, expert climat pour le WWF:
«Depuis des mois, de nombreuses personnes préoccupées descendent dans la rue pour demander, à raison, des mesures efficaces contre la crise climatique. Mais les cantons n’en font pas assez, et tous ceux qui s’inquiètent pour notre avenir commun ont des raisons d’être en colère.»

«La Suisse a besoin au plus vite d’un plan d’urgence pour les bâtiments et celui-ci doit être inscrit dans la loi sur le CO2.»

A propos du classement des cantons
Le WWF a fait analyser par EBP Schweiz AG les politiques climatiques dans le domaine du bâtiment de tous les cantons. Les mesures ont été relevées et évaluées sur la base de six indicateurs: des objectifs climatiques cantonaux aux aides financières pour les investissements visant à protéger l’environnement, en passant par les prescriptions sur les énergies renouvelables. Dans quatre indicateurs sur six, aucun canton n’atteint la note maximale. Cette note est accordée quand le canton est en bonne voie d’atteindre les objectifs de protection climatique de l’Accord de Paris avec les mesures correspondantes.

Complément d’informations

Contact
Marie Seidel, service de presse, WWF Suisse, marie.seidel@wwf.ch, 044 297 22 29