14. décembre 2018 — Communiqué de presse

Des réponses claires exigées avec la politique agricole 2022+

Communiqué de presse commun de BirdLife Suisse, Greenpeace Suisse, Pro Natura et WWF Suisse du 14. décembre 2018

Message du Conseil fédéral au sujet de l’initiative populaire «Pour une eau potable propre et une alimentation saine»:

Après le rejet du Conseil fédéral de l‘initiative populaire «Pour une eau potable propre et une alimentation saine» sans contre-projet, BirdLife Suisse, Greenpeace Suisse, Pro Natura et le WWF Suisse exigent des mesures fortes concernant l’utilisation des pesticides et les excès d’azote, à travers la politique agricole 2022+. Le projet que le Conseil fédéral a publié le 14 novembre est clairement insuffisant.

L’utilisation excessive des pesticides ainsi que les excédents massifs d’azote en raison du sureffectif de bétail polluent l’eau, l’air et les sols. Ces problématiques sont l’une des causes principales de la perte continue de la biodiversité en Suisse, qui contribuent de plus au réchauffement climatique. Le succès de la récolte des signatures pour l’initiative montre que la population suisse ne se satisfait pas des prestations environnementales largement insuffisantes de l’agriculture à l’heure actuelle.

La politique agricole 2022-2025 planifiée ne va pas assez loin

Le Conseil fédéral propose dans le cadre de la politique agricole 2022-2025 (PA22+) un paquet de mesures comme réponse à l’initiative sur l’eau potable. Mais les propositions du Conseil fédéral ne répondent pas aux demandes de l’initiative. BirdLife Suisse, Greenpeace Suisse, Pro Natura et le WWF Suisse s’engagent pour que les excédents massifs d’azote soient fortement réduits avec la PA22+. Dans le domaine des pesticides également, il faut des mesures de réduction beaucoup plus drastiques, par exemple au moyen d’une taxe incitative sur les pesticides. Les mesures du plan d’action national sur les produits phytosanitaires doivent de toute façon être mises en œuvre, indépendamment de la PA22+ et de l’initiative.

Le besoin de prendre des mesures en faveur de l’environnement dans le domaine de la politique agricole est immense. Avec son refus de l’initiative sans lui opposer de contre-projet et sans mesures suffisantes dans la future politique agricole, le Conseil fédéral fait preuve d’un flagrant manque de courage.

Personnes de contact

  • François Turrian, directeur romand, BirdLife Suisse, 079 318 77 75
  • Philippe Schenkel, expert en agriculture, Greenpeace Suisse, 078 790 52 84
  • Marcel Liner, Pro Natura, responsable politique agricole, 061 317 92 40
  • Océane Dayer, responsable politique, WWF Suisse, 076 615 71 70