01. mars 2018 — Communiqué de presse

Grands félins: à l’honneur, mais menacés

Journée mondiale de la protection des espèces, ce samedi 3 mars est dédié aux grands félins, tels que tigres, lions, jaguars, léopards, toujours plus menacés dans le monde entier.

Tour à tour admirés, révérés, chassés, braconnés, les grands félins sont présents aux quatre coins de la planète, mais leurs populations ne cessent de diminuer à un rythme préoccupant. Les menaces qui pèsent sur leur existence sont nombreuses: diminution et destruction de leur habitat, raréfaction de leurs proies, conflits avec l’être humain, commerce illégal et braconnage. «Cette journée est l’occasion de se rappeler qu’en protégeant les grands félins, nous protégeons aussi d’importants paysages naturels pour de nombreuses autres espèces, souligne Doris Calegari, responsable de la biodiversité au WWF Suisse.

Une toute nouvelle étude, commandée par plusieurs organisations environnementales dont le WWF, montre que dans les pays de l’aire de répartition des tigres, un tiers des zones protégées risque de perdre les félins qu’elles abritent. Encore plus alarmant: la plupart des zones étudiées sont situées en Asie du Sud-Est, précisément là où la population de tigres a décliné de manière drastique au cours de la dernière décennie. Pour renverser cette tendance, il est crucial que les gouvernements investissent à long terme dans la conservation du tigre et la protection des sites qui les abritent.

Aujourd’hui, selon les estimations, il ne reste plus que 3900 tigres vivant à l’état sauvage dans toute l’Asie. Mais pas moins de 8000 spécimens seraient captifs dans des fermes d’élevage en Chine, en Thaïlande, au Laos et au Vietnam, afin d’alimenter le trafic illégal des parties de leur corps.

En Afrique, les lions sont eux aussi en mauvaise posture puisque leur population a chuté de 40% en l’espace d’une vingtaine d’années, à cause des mêmes menaces qui mettent les tigres en péril.

Le sort du jaguar en Amérique n’est pas plus réjouissant, puisque son habitat est mis à mal par le défrichage des terres pour l’élevage du bétail et par les plantations industrielles de soja, de canne à sucre et de palmier à huile. Les jaguars sont aussi tués en représailles des prédations qu’ils effectuent sur le bétail.

Enfin, en Asie, le léopard des neiges fait face aux mêmes problèmes que les autres grands félins. Pour toutes ces raisons, le WWF travaille de concert avec les communautés locales afin de trouver des solutions permettant d’assurer une cohabitation entre hommes et grands chats. «Nous encourageons la mise en réserve d'un plus grand nombre de terres et aidons à mettre en place des systèmes de protection et d'assurance pour le bétail. Cela donne des résultats positifs tant pour les humains que pour la faune», note encore Doris Calegari.

((Encadré))

Doris Calegari, responsable de la biodiversité au WWF Suisse, sera présente ce samedi à Berne afin de participer aux discussions sur les grands félins menacés dans le cadre de la Journée mondiale de la protection des espèces organisée par la Confédération. Le WWF tiendra par ailleurs un stand d’information. Les détails du programme de la journée sont disponibles sur www.wwd18.ch.

Personnes de contact:
Doris Calegari, responsable de la biodiversité, WWF Suisse, tél. 044 297 22 37
Pierrette Rey, porte-parole du WWF Suisse, tél. 021 966 73 75