18. octobre 2018 — Communiqué de presse

Index du tournant énergétique : la Suisse continue de pointer vers le bas

La version actualisée de l’index du tournant énergétique paraît aujourd’hui. L’index montre que les prestations de la Suisse dans le domaine de la protection du climat sont clairement insuffisantes. Le tournant énergétique est en revanche relativement sur la bonne voie au niveau des dépenses pour l’énergie et de la sécurité de l’approvisionnement. 

L’index du tournant énergétique des grandes organisations de défense de l’environnement ne mesure pas la planification politique mais l’état effectif de la transition énergétique, par exemple en matière de production d’énergie ou de protection de la biodiversité. La transition énergétique a pour objectif la sortie des énergies fossiles au niveau international. Cependant, au vu des objectifs de l'accord de Paris sur le climat, les émissions de CO2 diminuent beaucoup trop lentement en Suisse. Les émissions de CO2 liées à la production d'électricité ont même augmenté, de même que l'impact global de la consommation sur le climat. Dans l'ensemble, le taux de réalisation de la protection du climat en Suisse passe de 56% à 50%.

Les organisations environnementales demandent un renversement de la tendance

C’est une évidence pour les organisations environnementales : « Nous avons absolument besoin d’un renversement de la tendance en matière de protection du climat si la Suisse veut éviter un réveil douloureux et coûteux », relève Elmar Grosse Ruse, spécialiste du climat au WWF Suisse. Le Conseil national pourrait stimuler ce renversement de tendance lors de la session d’hiver dans le cadre du vote sur la révision de la loi sur le CO2. Le Conseil fédéral a toutefois présenté une proposition qui affaiblit la protection du climat plutôt que de la renforcer. « Le Parlement doit doubler les ambitions par rapport à la proposition du Conseil fédéral », demande Georg Klingler de Greenpeace.

Le domaine des transports est l’autre enfant terrible. « Nous attendons du Parlement qu’il fixe pour la Suisse au moins les mêmes objectifs CO2 pour les voitures de tourisme que l’UE », explique Stéphanie Penher, responsable politique des transports à l’ATE. Comme 70% des grands importateurs de voitures ont jusqu’ici atteint ces objectifs en matière de CO2, la majorité de la commission de l'environnement du Conseil national rejette des échappatoires supplémentaires.

Dépenses ok, efficience ko

Quatre des sept indicateurs présentent des valeurs plus mauvaises que celles de l’année dernière et aucun ne s’est amélioré. Même pour les énergies renouvelables, les chiffres sont encore plus loin de l’objectif qu’auparavant (le taux de réalisation est passé de 18% à 16%). Il n’y a en effet pas suffisamment d’installations solaires, éoliennes et de biomasse qui ont été construites pour atteindre les objectifs des perspectives énergétiques du Conseil fédéral.

La tendance va également dans la mauvaise direction concernant la biodiversité (le taux de réalisation est passé de 27% à 25%). Une des raisons principales est le retard dans l’assainissement des centrales hydroélectriques. Michael Casanova de Pro Natura relève sur ce point : « Le tournant énergétique ne doit pas être un prétexte pour nuire à la nature. » Les indicateurs de l’efficacité énergétique des bâtiments et du trafic routier demeurent quant à eux à 0%.

Le taux de réalisation du tournant énergétique atteint 100% uniquement pour les dépenses pour l’énergie des ménages et de l’économie qui sont très faibles en comparaison internationale. L’indicateur de sécurité de l’approvisionnement est également bon (stable avec 78% des objectifs atteints). 

Encadré : Comment fonctionne l’index du tournant énergétique ?

L’index du tournant énergétique mesure chaque année depuis 2013 l’état du tournant énergétique sur la base des données disponibles publiquement. Ces données sont récoltées et agréées par le bureau de conseil EBP sur mandat de l’Alliance-Environnement. Les données sont comparées avec un objectif à suivre, p. ex. les émissions de CO2 de la production d’énergie. Ce qui signifie que si les émissions restent stables, la valeur de réalisation de l’objectif dans l’index baisse, étant donné que les émissions devraient diminuer année après année pour permettre de réaliser l’objectif visé. Les objectifs sont définis de sorte que les indicateurs puissent atteindre 100% chaque année. L’index du tournant énergétique mesure les données dans les catégories principales suivantes : protection du climat, sortie du nucléaire, biodiversité, efficacité énergétique, énergies renouvelables, aspects économiques et sociaux et sécurité de l’approvisionnement. Les décisions politiques ne sont pas prises en considération. Raison pour laquelle le OUI du peuple à la Stratégie énergétique 2050 ne se fait pas encore ressentir dans l’index 2018.    

Informations complémentaires et chiffres détaillés disponibles à l’adresse

www.index-tournantenergetique.ch

Vous trouverez également une fiche d’information sur l’index ici.

Contact

Elmar Grosse Ruse, responsable du projet index tournant énergétique, WWF Suisse,
elmar.grosseruse@wwf.ch, tél. 078 745 23 41

Service de presse Greenpeace Suisse, tél. 044 447 41 11

Stéphanie Penher, responsable politique des transports, Association Transports et Environnement, stephanie.penher@verkehrsclub, tél. 079 711 19 15

Michael Casanova, chef de projet Protection des eaux et politique énergétique, Pro Natura,
michael.casanova@pronatura.ch, tél. 061 317 92 29

toit solaire sur une ferme suisse