09. avril 2019 — Communiqué de presse

La loi sur la chasse: Le référendum approche

La Commission de l’environnement du Conseil national souhaite une révision de la loi sur la chasse qui vient mettre en danger encore plus des espèces déjà menacées comme le loup ou le lynx. Le WWF Suisse, BirdLife Suisse et Pro Natura lanceront un référendum si le Conseil national n’améliore pas clairement la révision de la loi.

panda

Alors que les espèces s’éteignent à un rythme soutenu en Suisse, la protection de notre faune indigène devient de plus en plus urgente. Pourtant, après le Conseil des Etats, c’est désormais la Commission de l’environnement du Conseil national qui a manqué l’occasion de corriger le projet de loi du Conseil fédéral. Elle vient en effet d’adopter sans vergogne une «loi d’abattage» inacceptable.  

«Tirs prévisionnels» et gestion arbitraire de la protection des espèces 

La Commission de l’environnement du Conseil national souhaite: 

•    pouvoir, à l’avenir, abattre plus facilement les espèces protégées – sans que les animaux n’aient provoqué de dégâts. Pour effectuer ces «tirs prévisionnels», il ne sera même plus nécessaire d’avoir pris des mesures de prévention au préalable.  

Océane Dayer du WWF Suisse: «Ces abattages injustifiés mettent en danger la survie des espèces menacées!»  

•    que les décisions d’abattre des espèces protégées puissent à l’avenir être prises par les cantons, sans assentiment préalable de la Confédération.  

Sara Wehrli de Pro Natura: «Cela provoquerait d’immenses différences de traitement entre les cantons en ce qui concerne les espèces protégées au niveau national. La Confédération ne pourra ainsi plus garantir son mandat constitutionnel et international de protection.» 

•    que le Conseil fédéral puisse élargir à tout moment et sans consulter le Parlement la liste des espèces régulables.  

Werner Müller de BirdLife Suisse: «Cela soumettrait la gestion des espèces protégées aux intérêts particuliers de certains. De nombreuses espèces protégées courent par conséquent le risque de devenir régulables, et donc «quasi chassables».» 

Les associations environnementales refusent catégoriquement cette révision extrême et complètement déséquilibrée de la Loi sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages, et attendent du Conseil national qu’il la corrige.  

Contact: 

Océane Dayer, responsable politique, WWF Suisse, tél. 044 297 21 59, oceane.dayer@wwf.ch 

François Turrian, directeur romand, BirdLife Suisse, tél. 079 318 77 75, francois.turrian@birdlife.ch 

Nicolas Wüthrich, responsable de l’information, Pro Natura, tél. 079 212 52 54, nicolas.wuthrich@pronatura.ch