15. décembre 2018 — Communiqué de presse

Conférence sur le climat: un bon résultat et un problème pour la Suisse

Le règlement adopté lors de la conférence COP 24 sur les changements climatiques est une étape à la fois bonne et importante. Mais il y a des lacunes cruciales pour la Suisse.

L’Accord de Paris sur le climat est la Constitution pour la protection mondiale du climat. Ses dispositions sont concrétisées dans le manuel d’application adopté à Katowice. Du point de vue du WWF, le résultat offre une bonne base de travail. Néanmoins, un chapitre reste ouvert: les règles pour le commerce controversé des certificats climatiques. La Suisse est l'un des rares pays à compter fortement sur ces certificats au lieu de réduire sa propre consommation de pétrole et de gaz. «Le risque est plus grand que jamais que nous n'ayons pas de règles ou des règles complètement inutilisables pour le commerce des certificats», déclare Manuel Graf, responsable politique au WWF Suisse. «Les politiciens suisses doivent maintenant en tirer les conséquences et, dans la nouvelle loi sur le CO2, renoncer à des réductions factices en recourant à ces certificats. La classe politique devrait se concentrer davantage sur la protection du climat en Suisse et investir dans l'industrie locale, les emplois et l'innovation helvétiques.» Et d’ajouter: «Dans l’ensemble, la conférence a répondu aux attentes avec un bon manuel de règles.»

Quoi qu’il en soit, reste à savoir si, après Katowice, toutes les nations parviendront à relever leurs ambitions à un niveau suffisant d’ici le prochain bilan en 2020.  La Suisse vient justement de faire le contraire, l’UDC et le PLR au Conseil national ayant sabordé la protection du climat ces deux dernières semaines. Le bon travail de la délégation suisse à la COP n’y changera rien.

Il y a quand même eu des nouvelles positives à côté des négociations: la Commission européenne a annoncé qu'elle réduirait ses émissions nettes à zéro d'ici 2050. D'ici là, Maersk, la plus grande compagnie maritime mondiale de conteneurs, veut parvenir à la neutralité climatique. Mille investisseurs institutionnels avec des actifs de 8 milliards de dollars ont annoncé leur retrait des industries fossiles. Et un grand nombre de pays, des Fidji à l'Allemagne, de l'Éthiopie à la Grande-Bretagne, ont promis de relever leurs objectifs climatiques.

Commentaire de Manuel Graf: «Pour la suite des négociations et la protection mondiale du climat, chaque pays peut faire un effort en montrant le bon exemple. Et prouver que l’abandon rapide des énergies fossiles en vaut la peine, sur tous les plans.»

Contact

Manuel Graf, membre de la délégation suisse officielle en qualité de représentant des organisations de défense de l’environnement, manuel.graf@wwf.ch, +41 79 836 79 36.

COP24 Katowice Logo