04. décembre 2018 — Communiqué de presse

Le Conseil national se moque de notre avenir climatique

Le Conseil national a décidé aujourd’hui de ne pas fixer d’objectif de réduction des émissions de CO2 et de les faire diminuer encore bien moins vite à l’avenir. La chambre basse refuse ainsi de voir la réalité en face. 

Selon la décision du Conseil national, la Suisse va continuer à miser sur les énergies fossiles, pétrole, charbon et énergie. En comparaison, l’Union européenne veut abandonner complètement ces énergies d’ici 30 ans. En adoptant l’Accord de Paris, les pays ont décidé de réduire à zéro leurs émissions nettes de CO2. Le Conseil national veut renoncer à cet objectif pour la Suisse. S'ensuivront des milliards de francs de mauvais investissements, que les contribuables devront ensuite payer par le biais d'un démantèlement précoce coûteux, de coûts d'adaptation aux changements climatique et d'indemnisation des dommages.

«Le Conseil national refuse de voir la réalité en face», déplore Patrick Hofstetter, responsable climat et énergie au WWF Suisse. «La majorité de la Chambre du peuple ignore les risques de changements climatiques non maîtrisés autant que les chances d’un abandon rapide des énergies fossiles.»   

Les autres décisions prises aujourd’hui dressent un tableau similaire. Le couplage du système suisse d’échange de quotas d’émission à celui de l’UE affaiblit davantage les objectifs climatiques nationaux. Le Conseil national refuse un examen de compatibilité climatique autant que des mesures contre les chauffages à mazout et à gaz particulièrement nuisibles. Il ne tient pas compte non plus des règles décidées par le peuple pour des véhicules plus efficaces sur le plan énergétique. Enfin, le Conseil national allège encore tous les critères de qualité pour les certificats et les mesures de protection climatique à l’étranger. Avec les milliards dépensés pour l’achat de certificats étrangers, la Suisse ne produira que du vent au lieu de protéger le climat. Patrick Hofstetter: «le Conseil national perd ainsi toute crédibilité.» 

 

Contact: Patrick Hofstetter, responsable climat et énergie, WWF Suisse, 076 305 67 37 

Nationalraatssaal Palais fédéral