©
©
Klimademo in Bern

Votations et élections

Les votations et les élections posent d'importants jalons pour l'avenir de l'environnement. C'est la raison pour laquelle le WWF participe concrètement aux campagnes référendaires et électorales et inscrit des problématiques environnementales dans l'agenda politique. Vous trouverez ici nos slogans sur les votations et élections en cours.

Votes et élections actuels

25 septembre: le WWF dit oui à l’initiative contre l’élevage intensif
Actuellement, la Suisse importe 1,4 million de tonnes de fourrage par année. Grâce à ces importations, il est possible d’élever plus de vaches, de porcs et de poules que ce qui serait normalement possible en Suisse, avec des conséquences négatives pour l’environnement. L’adoption de l’initiative contre l’élevage intensif aurait pour effet de réduire les effectifs de bétail. Les émissions d’ammoniaque, libérées par le lisier et le fumier des animaux, diminueraient alors de 2 à 3%. Transportées par voie des airs, elles se déposent dans nos forêts, nos marais et nos prairies sèches. Ces écosystèmes délicats sont surfertilisés, ce qui provoque la raréfaction et l’extinction d’espèces végétales rares. Les émissions d’ammoniaque perturbent également la croissance des arbres. Fragilisées, nos forêts résistent moins bien aux tempêtes. L’ammoniaque nuit par ailleurs à la santé et provoque notamment de l’asthme et d’autres maladies pulmonaires. Depuis des années, les rejets d’ammoniaque dans l’atmosphère sont constamment supérieurs à ce que nos écosystèmes peuvent supporter. Les solutions techniques pour les réduire ne suffisent pas à atteindre des valeurs écocompatibles. En revanche, diminuer la taille des cheptels est une piste judicieuse et efficace. Les produits d’origine animale sont responsables de 85% de toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur agricole. Ce dernier contribue aux émissions totales de gaz à effet de serre de la Suisse à hauteur de 14% environ.

L’initiative contre l’élevage intensif donne une impulsion importante à la transformation nécessaire vers une agriculture et une alimentation adaptées aux conditions locales et basées davantage sur les produits végétaux. D’après le Conseil fédéral, près de 5% des exploitations agricoles seraient concernées par l’initiative. Ce sont surtout les grandes exploitations d’engraissement qui sont visées, c’est-à-dire celles qui comptent jusqu’à 27 000 poules, 1500 porcs ou 300 bœufs dans leurs étables. Le délai prévu pour la mise en œuvre des dispositions de l’initiative est de 25 ans. Les importations sont aussi concernées: les produits d’origine animale issus d’élevages «intensifs» ne pourraient plus être importés. Cette disposition garantit que le problème ne sera pas délocalisé à l’étranger.

Informations complémentaires sur les objectifs et l’engagement du WWF dans le domaine de l’agriculture:
Notre engagement pour une agriculture respectueuse de l’environnement
6 étapes vers une agriculture plus résistante

©
Cows in a cowfarm
©
Pig farm

Actualité : OUI le 25 septembre à l'initiative contre l'élevage intensif

Dans quelle mesure les parlementaires soutiennent-ils l'environnement?

Chaque année, l'Alliance-Environnement, dont fait partie le WWF, évalue dans un écorating dans quelle mesure les parlementaires votent en faveur de l'environnement. Les politiciens acceptant chaque projet de politique environnementale obtiennent ainsi un score de 100% à l'écorating. L'Alliance-Environnement calcule ensuite la moyenne des différents partis mais aussi du Conseil national et du Conseil des Etats dans leur ensemble. Le rating de décembre 2016 a ainsi montré que le conseiller national moyen n'obtient qu'un taux de 46% en matière d’attention portée à l’environnement pour la première année de la nouvelle législature, contre 52% pendant la législature 2011-2015.

Cette détérioration reflète les difficultés auxquelles sont confrontés les dossiers de politique environnementale aujourd'hui. Dans les domaines de l'agriculture, de la politique de transfert de la marchandise, de la politique énergétique et de la protection des espèces en particulier, le Conseil national s'est prononcé nettement moins favorablement pour l’environnement que lors de la législature précédente.

L'Alliance-Environnement ne se contente pas de surveiller les parlementaires, elle fournit aussi des orientations aux citoyens et citoyennes à l'approche d'élections. Pour chaque candidat, elle établit un profil écologique qui exprime dans quelle mesure les parlementaires se prononcent en faveur de la politique environnementale.

©
Un photomontage du Palais fédéral pour le Supplément électorale WWF 2015

Un engagement pour une politique écologique – nous militons pour que les décisions du Palais fédéral deviennent plus écologiques.

Un engagement pour la transition énergétique...

«En disant oui à la Stratégie énergétique, les citoyens et les citoyennes ont aussi dit oui à une meilleure protection du climat et de la nature.»

En 2017, la Suisse a voté pour la Stratégie énergétique 2050. La transition énergétique faisant partie de nos thèmes clés, nous avons fortement milité en faveur de ce vote décisif. Avec le comité «Oui à la Stratégie énergétique 2050», le WWF a présenté à la population les avantages du projet soumis à votation. Grâce à des actions dans la rue, des activités médiatiques, des campagnes sur les réseaux sociaux, et des événements d'information, nous avons pu accroître la visibilité de cette question auprès du grand public et faire entendre nos arguments. Les collaborateurs du WWF Suisse et les sections régionales ont organisé de nombreuses actions de distribution de dépliants et ont pu mobiliser de nombreux bénévoles au niveau local, participer à des tables rondes, ou s'impliquer dans les débats des médias régionaux. 

Le travail du WWF et des innombrables bénévoles dans nos sections régionales a porté ses fruits: le peuple suisse a clairement approuvé le projet de stratégie énergétique. Ce faisant, les citoyens ont non seulement dit oui à des énergies renouvelables locales, ils ont également dit oui à une meilleure protection du climat et de la nature. 

... mais aussi pour la protection des espèces

L'initiative «pour la protection des marais suisses» a été acceptée en 1987 par 57,8% des suffrages exprimés. 

Non seulement notre thème principal «Climat et énergie» reste à l'ordre du jour des votations nationales, mais d'autres sujets clés du WWF sont également présents, comme la protection des espèces et des eaux. C'est pourquoi le WWF s'engage aussi en faveur de votations qui influent sur notre travail dans ces domaines. Ce que nous faisons pour ainsi dire depuis notre création. 

Lorsque le peuple suisse a approuvé l'Initiative de Rothenturm pour la protection des marais en 1987, ce fut un événement politique de taille. L'initiative a été lancée au début des années 1970, alors que le département militaire voulait agrandir une place d'armes sur la zone marécageuse de Rothenturm. Si l'opposition dans la population locale a réussi à ébranler le projet, l'initiative du WWF, qui soutenait les cultivateurs, a fini de l'achever. En seulement six mois, l'initiative populaire nationale est parvenue à récolter 163 000 signatures pour la «Protection des marais suisses», et a ensuite été adoptée par 57,8% des suffrages lors de la votation populaire qui a suivi. Un moment d'éveil pour la protection de l'environnement.

En 2009, aux côtés de la Fédération suisse de pêche, le WWF s'est engagé en faveur de la protection des eaux. Après le dépôt de l'Initiative «Eaux vivantes» soutenue par 161 836 signatures, le Parlement a totalement remanié la Loi sur la protection des eaux et l'a améliorée sur des points essentiels. Ce contre-projet a permis d'atteindre de nombreux objectifs visés par les auteurs de l'initiative, de sorte que celle-ci a pu être retirée. Le contre-projet a été accepté par le peuple suisse.

Le contre-projet du Parlement à l'initiative populaire «Pour la sécurité alimentaire» de l'Union suisse des paysans a été soumis au peuple le 24 septembre 2017. Le WWF a soutenu ce projet, car la sécurité alimentaire n'est possible que si les ressources naturelles pour la production de denrées alimentaires telles que les sols et les eaux sont économisées et que les terres cultivées sont protégées. La sécurité alimentaire va de pair avec la production écologique. C'est ce que le contre-projet stipulait expressément, contrairement à l'initiative. Le contre-projet a été adopté à une large majorité.

©
WWF remise du personnel des dépliants avant le vote sur la stratégie énergétique

Des collaborateurs du WWF distribuent des dépliants avant la votation sur la stratégie énergétique.

Ce que vous pouvez faire

Le plus important est d'exercer vos droits de vote et d'élection. Elisez des personnes qui soutiennent une politique en faveur de l'environnement. Allez voter. En tant que membre du WWF, vous pouvez aller plus loin en nous aidant à faire entendre notre voix auprès du grand public. Et en rejoignant notre communauté de bénévoles, vous pouvez vous engager davantage pour des votations importantes.

©
Bonobo mère embrassant son bébé

Adhésions adultes

En devenant membre du WWF, vous rejoignez un immense réseau: plus de 5 millions de personnes dans le monde entier soutiennent déjà nos projets.

©
Les bénévoles de la section WWF St. Gallen sur l'aide Brändliberg, Saint-Gall, Suisse

Bénévolat

Agissez concrètement pour la nature et l'environnement et choisissez l'un de nos engagements bénévoles.