Lynx comme un chat ronronnant
Référendum contre la modification de la Loi sur la chasse

Dans l'intérêt du castor, du héron cendré, du lynx, du loup et Cie.

Retour
08. octobre 2019

Une loi inacceptable

C’est un vrai désastre: la révision de la loi sur la chasse (LChP) est totalement inappropriée et met en péril la protection des espèces dans son ensemble. Les animaux comme le lynx, le castor, le héron cendré et le loup, que l’on a toujours trouvé en Suisse, pourraient être tirés sans qu'ils n'aient jamais commis de dégâts - simplement parce qu'ils existent. C'est pourquoi, Pro Natura, WWF Suisse, BirdLife Suisse le Groupe Loup Suisse et les zoos de Suisse ont lancé un référendum.

Risquer le tout

Non à la révision inacceptable de la Loi sur la chasse:

La révision de la loi ne rend plus justice au compromis équilibré entre protection, régulation et chasse, mais propose avant tout un changement unilatéral qui s'opère au détriment des espèces en danger. Les espèces protégées comme le lynx, le castor et le cygne tuberculé peuvent à tout moment être placés sur la liste des espèces pouvant être régulés, au même titre que le loup et le bouquetin. Ainsi, ces animaux peuvent être tirés simplement à titre préventif, c'est-à-dire sans même qu'un dégat ne leur soit imputable. Avec cette nouvelle loi, il n'est plus obligatoire de prendre des mesures de précaution (comme la protection des troupeaux dans les zones où vivent les loups), avant d'avoir le droit d'abattre les animaux. De nombreuses espèces protégées sont susceptibles d'entrer en conflit avec certains intérêts humains et constituent donc des candidates potentielles pour la liste des espèces pouvant être régulées.

Gérer de tels conflits d'intérêts opposant la conservation des espèces aux intérêts d'utilisation est une entreprise délicate. Cette nouvelle loi n'est face à ce défi en aucun cas équitable. Elle sert un intérêt unilatéral: lors de la révision de la loi, l'impact positif des espèces protégées sur l'écosystème a totalement été occulté. Le loup et le lynx améliorent par exemple la santé de la faune sauvage et on constate en outre un recul des dommages par abroutissement dans les pépinières. De plus, ces espèces offrent de nouvelles perspectives pour le tourisme. 

En bref, cette nouvelle loi pose une question de société fondamentale: quel est l'espace que nous sommes prêts à accorder à la nature?

De la Confédération aux cantons

La nouvelle proposition de loi accorde aux cantons, et non plus à la Confédération, la compétence de réguler des populations d'espèces protégées. Les cantons peuvent cependant déjà décider du tir individuel de certains animaux. Pour la régulation de populations d'espèces protégées, l'accord de la Confédération est nécessaire. C'est le seul moyen d'assurer une coordination entre les cantons et entre les pays. En l'absence de planification globale, une protection durable des espèces rares n'est plus possible. Les animaux sauvages ne connaissent pas de frontières politiques.

Les tirs ne résolvent pas les conflits

Les spécialistes sont convaincus que la régulation des populations n'est pas la méthode la plus efficace de résolution des conflits. L’exemple du loup le démontre bien: La surveillance des troupeaux offre une solution durable pour réduire les attaques sur les moutons d'élevage, tandis que les tirs n’apportent que de faibles résultats.
«Dans différents pays du monde, l'expérience montre clairement que les tirs peuvent même conduire à une augmentation des attaques. Notre agriculture alpestre n'est pas envisageable sans une surveillance des troupeaux», affirme Gabor von Bethlenfalvy.

Lancer un référendum

Les organisations environnementales WWF Suisse, BirdLife, Pro Natura le Groupe Loup Suisse et les zoos de Suisse rejettent cette révision de loi extrême sur la chasse ayant perdu tout sens de la mesure.

Ce qui était censé être un léger remaniement a évolué vers quelque chose d'absolument partial au détriment de la protection des espèces. La nature, les mammifères protégés et les oiseaux ainsi que la préservation des animaux subissent une pression encore plus forte. Seul un référendum s'opposant à cette loi insensée offre la chance d'élaborer une nouvelle loi avec discernement dans un souci de protection de la diversité des espèces indigènes, le tout en accord avec notre époque.  

Ce que vous pouvez faire

Souhaitez-vous vous engagez auprès du WWF pour la protection des espèces en Suisse? Agissons ensemble en collectant des signatures contre cette loi inadaptée sur la chasse.

En faisant un don pour le lynx ou pour les Alpes, vous nous apportez votre soutien en Suisse, à la fois au niveau social, politique et international.

Une mère de lynx avec Cub

Référendum contre la modification de la Loi sur la chasse

Les animaux rares sont encore plus menacés. La loi affaiblit la protection des animaux sauvages au lieu de la renforcer.

Marmot dans le parc national du Hohe Tauern, Autriche

Je protège les Alpes

Les Alpes sont bel et bien un trésor. Nous les protégeons afin d’empêcher la main de l’homme d’appauvrir cette nature.

Luchs vor einem Baum

Feuille de récolte de signatures personnalisée

Si vous vous inscrivez sur WeCollect, vous recevrez par e-mail une liste de signatures personnalisée. Imprimez-la, signez-la et renvoyez-la nous aujourd’hui (port payé). Motivez aussi votre entourage. C’est tout!

panda

J'aide le lynx

CHFMon don
Montant minimal: CHF
Montant maximal: CHF

Grâce à votre don, le WWF peut protéger l’habitat du lynx, au cœur des Alpes.