©
©
Tortue de mer en Grande barrière de corail, en Australie
Retour
12 novembre 2020

Le voyage autour du monde d’une tortue de mer

Yoshi a parcouru 37'000 kilomètres. Des océanographes et des biologistes ont pu suivre son voyage grâce à un émetteur. Découvrez cet extraordinaire périple et son importance pour la protection des océans.

Les tortues ont surmonté bien des épreuves au cours de l’histoire: chutes de météorites, catastrophes naturelles et ères glaciaires. L’histoire d’une tortue marine que les pêcheurs ont appelée Yoshi nous montre à quel point ces reptiles sont résistants et adaptables. Après avoir été transportée par des courants à travers l’océan Indien, Yoshi s’est retrouvée prise dans les filets de marins japonais. «Ils l’ont gardée dans un petit bassin sur leur bateau et l’ont nourrie de sardines», raconte Maryke Musson qui dirige l’aquarium Two Oceans en Afrique du Sud. C’est là-bas que les pêcheurs ont amené la petite tortue lorsqu’ils sont arrivés au port du Cap. Yoshi ne pesait alors que deux kilos. C’était il y a 23 ans.

Petite tortue, grande personnalité

«Dès le début, elle s’est révélée être une petite tortue avec une grande personnalité», déclare Maryke Musson. Yoshi était curieuse et ne semblait pas avoir peur. Elle a rapidement su attendrir le personnel ainsi que les visiteurs de l’aquarium. Dans l’absolu, toutes les espèces de tortues marines sont considérées en voie de disparition. Seuls 1000 à 2000 jeunes animaux parviennent à l’âge adulte, c’est-à-dire entre 17 et 30 ans. Ces tortues peuvent vivre jusqu’à 80 ans, voire davantage. En passant 20 ans dans l’aquarium du Cap, Yoshi a pu survivre aux années les plus risquées de la vie d’une tortue marine en toute sécurité. «Grâce à notre expérience avec Yoshi, nous avons pu assurer la survie de nombreuses autres tortues marines», explique M. Musson. En dix ans, elle et son équipe ont pu sauver plus de 600 tortues, aider celles-ci à retrouver la santé pour ensuite les relâcher dans la nature.

Programme de formation sur 18 mois

Il y a plus de trois ans, l’heure était venue pour Yoshi de retrouver sa liberté.  Yoshi avait bien grandi et était devenue  une  imposante  tortue. Elle pesait 183 kilos et avait achevé un  programme de formation de 18 mois. L’équipe de l’aquarium a encouragé Yoshi à nager sur 20 mètres  à  la  fois  –  en  faisant  des  allers-retours entre les plongeurs et les plongeuses qui la nourrissaient à la fin du parcours. «Nous avons pu alors constater que Yoshi pouvait se débrouiller seule», explique M. Musson. «Elle a toujours été douée pour trouver de la nourriture.» Ainsi,  après  une  grande  fête  d’adieu,  Yoshi  a  parcouru  quelque 20 miles nautiques au-delà des côtes de l’Afrique du Sud avec un émetteur satellite sur le dos afin de débuter sa nouvelle vie. La tortue marine a tout d’abord longé la côte ouest de l’Afrique jusqu’à l’Angola avant de revenir vers le Cap au bout d’environ douze mois. «Nous ne savions pas encore où elle voulait aller», déclare M. Musson. «Les femelles tortues marines retournent toujours nicher sur la plage où elles sont nées, nous nous demandions donc si elle n’allait pas nous emmener là où elle est née.»

©
Yoshi

Yoshi était une belle tortue de 183 kilos lorsqu’elle a été relâchée en Afrique du Sud.

Une traversée de l’océan en ligne droite

A la surprise de tous, c’est précisément ce que Yoshi a décidé de faire, et elle a commencé à traverser l’océan Indien. Elle a parcouru en moyenne 42 kilomètres par jour et a enfin atteint les eaux australiennes en février 2020. Les experts furent particulièrement impressionnés par le fait que Yoshi ait traversé l’océan Indien en ligne droite sans aucun détour, comme si elle savait précisément où elle allait. En Australie occidentale, Yoshi est arrivée directement au niveau d’une zone de nidification pour les tortues marines de son espèce: les caouannes. «Jusqu’à présent, nous n’avons réalisé aucun test génétique», précise Sabrina Fossette, biologiste  marine  du  département  de  la  biodiversité,  de  la  conservation et des attractions en Australie occidentale. En effet, la tortue n’a pas été retrouvée jusqu’à présent, bien que le ping de l’émetteur satellite soit détecté. «Il est cependant très probable qu’elle soit née en Australie et y soit donc maintenant retournée.» Les scientifiques australiens pensent que Yoshi restera désormais en Australie de manière durable et qu’elle y couvera dans les années à venir. Au cours de l’hiver australien entre juin et juillet, Yoshi a continué de se promener aux alentours de l’Australie-Occidentale. «On a l’impression que cette tortue marine devenue célèbre est partie en vacances et qu’elle profite de l’eau tempérée de la plage Eighty Mile de l’Australie occidentale», écrit Maryke Musson dans un e-mail. Yoshi est restée dans cette région pendant plusieurs semaines.

Un espace vital capital

La Eighty Mile Beach est la plus longue plage ininterrompue d’Australie occidentale, un habitat d’importance internationale. Des milliers d’oiseaux migrateurs passent par ici au cours de leur migration annuelle. Le Marine Park de la Eighty Mile Beach est par ailleurs une zone de nidification de choix pour les tortues marines. On y trouve divers écosystèmes tels que les mangroves, les vasières, les prairies de posidonies et les récifs coralliens qui abritent d’autres animaux comme les dugongs, les dauphins et les poissons scies. «Cette zone est sûre et isolée, l’eau y affiche une température de 24 degrés Celsius et les animaux marins y trouvent suffisamment de nourriture», explique M. Musson. «C’est l’endroit idéal pour se reposer après un long voyage.»

Ce que vous pouvez faire

Aidez à préserver l’habitat de Yoshi et devenez marraine ou parrain des océans. Abonnez-vous également à notre newsletter pour ne manquer aucune histoire passionnante.

©
Blauwal

Parrainer les mers

En devenant parrain, vous aidez le WWF à préserver les fascinants mondes sous-marins.

©
boîte aux lettres rouge

S'abonner à la newsletter

Compactes et actuelles: les news du WWF par e-mail. Inscrivez-vous sans attendre!