Stingrays au large de la côte du Belize
Retour
24. janvier 2018

Bonne nouvelle: le Belize lance un moratoire permanent sur le pétrole

Le combat que nous avons mené ensemble depuis 2016 porte aujourd’hui ses fruits: le Belize lance un moratoire permanent sur l’exploitation pétrolière dans ses eaux. Une grande victoire pour la protection des océans!

451'385. C’est le nombre d’e-mails qu’a reçus Dean Barrow, Premier ministre du Belize. A 451'385 reprises, vous l’avez prié de s’engager en faveur de la protection du récif corallien de ce petit pays d’Amérique centrale. Votre voix a été entendue: fin décembre, le Belize a lancé un moratoire permanent sur le pétrole dans ses eaux.

C’est la première fois qu’un pays en développement prend une mesure aussi draconienne au profit de la protection des océans, et les Etats à avoir adopté des lois similaires visant à préserver les sites sensibles de l’exploitation pétrolière ne représentent qu’une faible minorité. Le Belize fait donc désormais figure de pionnier dans ce domaine. «En franchissant cette étape, le Belize a accédé à la demande de sa population. Il reconnaît à présent le rôle essentiel du récif pour l’environnement et l’économie du pays», se réjouit Alice Eymard-Duvernay, spécialiste des océans au WWF Suisse.

Cette disposition légale vient concrétiser une annonce faite en août 2017 par le gouvernement bélizien, qui s’était alors déclaré favorable à un moratoire permanent sur le pétrole après que des voix s’étaient élevées, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières de ce pays des Caraïbes, pour exiger une meilleure protection de la fragile barrière de corail du Belize, reconnue par l’Unesco, et du patrimoine mondial naturel qu’elle abrite. Ce moratoire intervient un an après la cessation des activités pétrolières dans cette zone à la suite d’une campagne d’e-mails internationale menée par le WWF et des organisations partenaires.

L’exploitation pétrolière et le bétonnage des côtes menacent la barrière de corail du Belize

Il y avait urgence: depuis 1998, pas moins de 40% du récif avaient été détruits par les activités de construction sur les côtes, et les permis d’exploitation pétrolière représentaient une menace permanente pour la barrière, inscrite par l’Unesco sur sa Liste du patrimoine mondial en péril en 2009.

Meeresschildkröte vor Belize
Korallenriff vor Belize

Faune rare et source locale de revenus

La barrière de corail du Belize abrite au moins 1400 espèces végétales et animales, dont la plus grande population mondiale de lamantins des Caraïbes ainsi que des requins et des tortues marines, tous menacés. La survie de ces animaux rares dépend de notre capacité à protéger leur espace vital. «Le site a été classé au patrimoine mondial en 1996 pour la diversité de ses habitats, explique Alice Eymard-Duvernay. La zone est constituée d’atolls, d’îles de sable, de mangroves, de lagons et d’estuaires.»

Le récif fait également vivre 190'000 personnes, soit la moitié de la population du Belize. En effet, il génère 15% du produit intérieur brut du pays, dont quelque 15 millions de dollars US sont issus de la pêche commerciale et environ 200 millions du tourisme. Le site est connu des plongeurs pour le «Great Blue Hole», une fosse dont le diamètre dépasse 300 m et la profondeur atteint 125 m par endroits, et il donne accès à un réseau souterrain de grottes qui renferment des stalactites pouvant mesurer plus de 8 m.

Et ce n’est pas tout: les récifs coralliens et les mangroves protègent des tempêtes, des cyclones et de l’érosion. On estime que l’écosystème des côtes béliziennes permet d’éviter jusqu’à 350 millions de dollars US de dégâts.

Il était donc grand temps d’accorder à la barrière de corail la protection qu’elle mérite. Nous nous réjouissons de cette grande victoire!

Grand dauphin au Belize

Ce que vous pouvez faire

Vos dons nous permettent de préserver leur habitat en mer. Souhaitez-vous être informé du travail du WWF et découvrir régulièrement de nouvelles histoires et de nouveaux Eco-conseils fournis par nos experts? Dans ce cas, inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter. Et en tant que membre WWF, vous recevez six fois par an notre magazine comprenant des reportages, des conseils, et des informations générales sur notre travail. 

Aérienne Hardy Reef. Une partie de la Grande Barrière de Corail en Australie.

Je protège les mers

CHFMon don
Montant minimal: CHF
Montant maximal: CHF

Avec votre don, nous pouvons protéger les écosystèmes marins.

boîte aux lettres rouge

S'abonner à la newsletter

Compactes et actuelles: les news du WWF par e-mail. Inscrivez-vous sans attendre!

Bonobo mère embrassant son bébé

Adhésions adultes

En devenant membre du WWF, vous rejoignez un immense réseau: plus de 5 millions de personnes venues du monde entier soutiennent déjà nos projets.