©
©
Krebs in Plastiksack im indischen Ozean

Des océans sans déchets plastiques: notre engagement pour des océans propres

Un camion par minute: c'est la quantité de déchets plastiques qui se retrouvent dans nos océans. Les déchets constituent un danger mortel pour de nombreux animaux et un problème mondial. Le WWF s'est donc engagé à trouver des solutions durables au problème des déchets dans le monde entier.

Plus de plastique que de poissons dans la mer

Chaque minute, environ 15 tonnes de déchets plastiques se déversent dans les océans!

Environ 15 000 kilos de déchets plastiques sont déversés dans les océans chaque minute! La pollution plastique a de graves conséquences sur la vie de nombreuses personnes et sur leurs moyens de subsistance, mais aussi pour la nature. Si rien ne change, presque tous les oiseaux marins auront du plastique dans l’estomac d’ici 2050 et il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans. Les oiseaux de mer meurent à l'agonie à cause des pièces de téléphones portables dans leur estomac, les tortues confondent les sacs en plastique avec les méduses et les poissons confondent les minuscules particules de plastique avec le plancton.

Et les animaux ne sont pas les seuls à avoir du plastique dans l’estomac. En 2019, une étude a révélé que nous ingérons en moyenne 5 grammes de plastique par semaine, soit l’équivalent de la quantité de plastique contenue dans une carte de crédit. En un an, cela représente plus de 250 grammes de plastique. Bon appétit!

Le problème du plastique est plutôt nouveau à cette échelle: environ la moitié du plastique existant a été produit après 2000 et 75% du plastique fabriqué est déjà à l’état de déchet.

©
Plastikmüll im Pazifik vor Taiwan
©
Walhai und Plastikmüll im Meer vor den Philippinen

Si rien ne change, il y aura davantage de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050.

Les déchets menacent le Triangle de Corail

En particulier dans le célèbre Triangle de Corail en Asie du Sud-Est, les déchets plastiques menacent une extraordinaire biodiversité. Les principales causes de la pollution plastique des océans comprennent la diffusion massive des plastiques à usage unique et le manque d’infrastructures pour l’élimination des déchets. Aux Philippines et en Indonésie par exemple, une grande partie de la population ne peut pas se débarrasser correctement de ses déchets. Les régions côtières ne sont pas les seules touchées: en Asie du Sud-Est en particulier, de nombreux détritus provenant de l’intérieur des terres sont déversés dans les rivières et terminent dans l’océan.

©
Plastikverschmutzung an der Küste der Philippinen

Aux Philippines, le plastique est partout: sur la plage, dans les rivières et dans la mer

Plastic Smart Cities: des solutions innovantes contre les déchets plastiques

«A Donsol, aux Philippines, le problème du plastique est particulièrement aigu. Ainsi, le WWF y a lancé un projet ambitieux: la ville est devenue l’une des premières «Plastic Smart Cities» au monde. En attendant, plus de 24 villes du monde entier y participent.»

©
Portrait Alice Eymard-Duvernay

Le WWF est actif dans de nombreux pays d’Asie du Sud-Est, mais aussi en Méditerranée, dans le but de développer de nouvelles solutions à la pollution plastique des océans en collaboration avec des entreprises, les gouvernements et les populations locales. Ainsi, le WWF a lancé un projet ambitieux à Donsol aux Philippines: la ville est devenue l’une des premières «Plastic Smart Cities» au monde.

A Donsol, le problème du plastique est particulièrement aigu. La ville est connue dans le monde entier pour ses requins-baleines et attire de nombreux touristes depuis les années 1990. Le tourisme a rapporté de l’argent à la population et a donc augmenté la consommation, ce qui a finalement conduit à plus de déchets. Le système de gestion des ordures de la ville n’a pas été en mesure de suivre le rythme de l’augmentation massive. Une grande partie des détritus n’est pas collectée et finit dans l’océan, menaçant ainsi de nombreuses espèces animales, notamment les requins-baleines.

Le WWF a effectué une analyse approfondie des déchets dans différents quartiers de la ville. Des étudiants de l’université locale ainsi que des groupes environnementaux locaux ont été impliqués lors de cette analyse. En parallèle, le WWF a organisé un concours d’idées pour trouver des solutions adaptées au problème local des déchets. Ce projet a donné naissance à des start-up régionales qui mettent en œuvre des idées innovantes pour lutter contre le problème. L’une d’entre elles est gérée par un groupe de femmes qui coud des requins en peluche vendus aux touristes comme souvenirs. L’idée du projet: les peluches sont remplis de copeaux de plastique nettoyés. Un autre projet a recours à des cyclomoteurs pour collecter les déchets dans les quartiers inaccessibles et entretenir les points de collecte locaux. Les projets privés et publics travaillent également main dans la main. La ville reconnaît par exemple la valeur de la collecte des déchets par cyclomoteurs et l’intègre dans son nouveau système de gestion des déchets. Donsol bénéficie également du soutien du WWF pour la mise en place des infrastructures nécessaires. Pour remplacer une grande décharge non réglementée, le WWF apporte son aide dans la planification d’une décharge assurant qu’aucune substance toxique ne soit libérée dans l’environnement et que seuls les déchets qui ne peuvent pas être recyclés y soient éliminés.

Le WWF appelle à un accord-cadre international contraignant

Nous devons stopper ce torrent de plastique à sa source. Une solution mondiale est nécessaire pour y parvenir. Tous les pays du monde ont la responsabilité d’agir maintenant. Pour le WWF, la stratégie est claire:  les déchets plastiques ne doivent en aucun cas se retrouver dans l’environnement. En plus des initiatives locales  décrites ci-dessus, le WWF fait donc également campagne en faveur d'un accord-cadre international contraignant qui obligera les gouvernements et les entreprises à mettre fin à la pollution de l'environnement par les déchets plastiques. Le WWF félicite donc les gouvernements de l'Équateur, de l'Allemagne et du Ghana pour leur engagement à organiser une conférence ministérielle mondiale sur la pollution plastique fin 2021

©
Plastikmüll und Fischschwarm in einem flachen Riff

Nous devons stopper ce torrent de plastique à sa source. Une solution mondiale est nécessaire pour y parvenir.

Ce que vous pouvez faire

Les océans ont besoin de votre aide. Soutenez notre travail en faveur des mers vivantes par un don. 

©
Korallen in Fiji

Je protège les mers

CHF Mon montant personnalisé
Montant minimal: CHF
Montant maximal: CHF

Avec votre don, nous pouvons protéger les écosystèmes marins.