©
©
les cellules solaires

Efficacité énergétique

Installations stéréo en mode veille, maisons mal isolées et voitures surdimensionnées: nous gaspillons d’importantes quantités d’énergie. Près de la moitié des pertes relèvent de notre consommation quotidienne. En modifiant notre comportement par petites touches, en misant sur des appareils plus efficaces et sur des investissements pertinents, nous pouvons faire en sorte de changer les choses. Surtout, nous en profiterions toutes et tous.

Imaginez: lors d’un repas, ce que vous piquez au bout de votre fourchette finit une fois sur deux à la poubelle plutôt que dans votre bouche. C’est exactement ce qui se passe avec notre consommation d’énergie: près de la moitié est gaspillée sans avoir été utilisée! Par exemple, seule une petite partie de l’énergie consommée par une voiture lui sert à rouler, le rendement d’un moteur à combustion n’étant pas très élevé. Une grande part est perdue sous forme de chaleur, qui n’est pas utilisée.

Alors que le gaspillage alimentaire fait beaucoup parler de lui, la manière dont nous gérons l’énergie est passée sous silence. Ce problème a pourtant aussi son importance, puisque ses conséquences se font sentir dans tous les domaines: l’économie, la nature et le climat.

Le gaspillage d’énergie nuit au climat, à la biodiversité et à l’économie.

L’exemple actuel des agents énergétiques fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz illustre bien cette problématique. Leur extraction et leur combustion provoquent le réchauffement rapide de la planète, avec des conséquences fatales pour les organismes vivants qui la peuplent. Chaque baril de pétrole extrait en plus des entrailles de la Terre accélère la crise climatique.

Vient s’y ajouter la pénurie de gaz. Cette pénurie de gaz n’est pas prête de se résorber. Elle est aggravée par un déficit d’électricité en hiver, durant la saison du chauffage, quand les besoins en électricité et en gaz sont particulièrement importants en Suisse. Il est donc d’autant plus inquiétant de savoir que nous utilisons toujours des agents énergétiques fossiles, et même que nous les gaspillons! Et ce comportement ne s’arrête bien sûr pas à l’électricité.

Même la production d’énergies renouvelables laisse des traces dans la nature. En Suisse, la force hydraulique le montre clairement. Lorsque des cours d’eau sont entravés de barrages, les conséquences sont gravissimes pour les écosystèmes. La qualité de l’eau diminue, les rivières sont moins résistantes à la sécheresse et aux inondations, et la biodiversité y laisse des plumes. C’est pourquoi chaque centrale électrique qui ne doit pas être construite, parce que nous économisons le courant, est un plus pour l’environnement comme pour la biodiversité.

Enfin, l’utilisation inefficace de l’énergie a aussi un prix pour l’économie: en raison du gaspillage massif, les entreprises, les ménages et les pouvoirs publics paient des frais supplémentaires de l’ordre de 10 milliards de francs par année. Il s’agit de dépenses inutiles, qui pourraient être évitées simplement.

©
Baustelle an der Grimsel Staumauer
©
Raffinerie mit gut sichtbarer Gasfackel

Digression: économiser l’énergie

options de configuration Ouvert
Nous sommes tous responsables d’économiser l’énergie: milieux économiques, sphère politique, citoyennes et citoyens, nous devons toutes et tous tirer à la même corde. Les entreprises doivent réduire autant que possible leur consommation dans les usines et les bureaux, domaines où le potentiel est grand. Bien que de nombreuses mesures d’efficacité énergétique soient payantes, les entreprises tardent souvent à les mettre en œuvre. Les choses doivent changer. Nous évoquerons les tâches de la politique plus tard.

Car tout d’abord, il faut se demander ce que peut faire chacune et chacun d’entre nous. La réponse est simple: beaucoup! Il serait surtout très important de s’y mettre sans plus attendre, en raison de la pénurie actuelle et des crises jumelles du climat et de la biodiversité. En Suisse, plus d’un tiers du courant est consommé par les foyers. Dans ce domaine, le potentiel d’économies est grand. Un exemple: chauffer de l’eau demande beaucoup d’énergie. En utilisant parcimonieusement l’eau chaude, les résultats sont déjà considérables. Installez des réducteurs de débit sur vos robinets. Prenez une douche au lieu d’un bain: en hiver, deux bains par semaine gaspillent environ 300 kWh d’énergie et plus de 5500 litres d’eau par rapport à une douche de 5 minutes avec réducteur de débit. En prime, se doucher permet d’économiser de l’argent.

Cerise sur le gâteau: ce changement de comportement peut se faire sans délai, sans complications et sans frais. D’autres mesures sont en revanche plus compliquées à mettre en œuvre, mais elles permettent d’économiser nettement davantage d’énergie, de réduire les émissions de CO2 et les dépenses. Si vous êtes propriétaire de votre logement, vous pouvez par exemple remplacer votre chauffage fossile par une pompe à chaleur. Si vous êtes locataire, demandez à votre propriétaire de le faire.

Pour vous simplifier les choses et vous aider à économiser l’énergie, le WWF a dressé une liste complète de plus de 80 conseils concrets à mettre en œuvre chez vous. Que vous soyez homme au foyer, propriétaire d’une maison, locataire, employée ou employeur, vous y trouverez certainement de quoi optimiser votre consommation d’énergie.

Où relever votre consommation annuelle?

Le décompte annuel de votre fournisseur d'électricité indique votre dernière consommation annuelle d'électricité. (Elle n'est pas nécessairement envoyée en janvier).

La consommation annuelle est indiquée en kWh (kilowattheures). Si votre fournisseur d'électricité n'additionne pas la consommation à bas et haut tarif, vous devez le faire vous-même pour le test.

Comment calculer la consommation énergétique d’un appareil?

L’électricité et les coûts de chauffage sont facturés en kilowattheures. Un kilowattheure (1 kWh) correspond à l’énergie qu’un appareil électrique d’une puissance de 1000 W absorbe pendant une heure.

Pour savoir combien d’électricité un appareil consomme, vous pouvez appliquer cette formule simple: puissance (watts) x durée (heures) = consommation d’électricité en wattheures (Wh). En divisant le résultat par 1000, vous obtenez le montant en kWh.

Un kilowattheure permet de travailler environ 50 heures sur un ordinateur portable, de cuisiner un repas du soir pour 4 personnes ou de laver un tambour de linge à 60 degrés.

Est-ce que l’efficacité énergétique signifie que je vais devoir renoncer au confort à l’avenir?

Selon les Perspectives énergétiques de la Confédération, la consommation d’énergie moyenne par personne peut être divisée par deux environ grâce à des mesures d’ordre technique. Il n’y a toutefois aucune raison de craindre que l’avenir soit fait de douches froides ou de soirées passées dans l’obscurité. L’efficacité a pour but d’améliorer l’utilisation d’une quantité d’énergie inchangée.

Il existe pour cela des mesures simples, mais efficaces. Au premier plan, il s’agit de renoncer aux appareils alimentés par de l’essence, du pétrole ou du gaz au profit de modèles électriques. Si vous ne pouvez pas acheter une voiture électrique ou remplacer votre chauffage à gaz par une pompe à chaleur, de petites modifications de vos habitudes quotidiennes peuvent déjà contribuer à limiter le gaspillage. Voici deux exemples: en réglant votre réfrigérateur sur 6 degrés au lieu de 4, il consommera environ 12% d’électricité en moins. En lavant votre linge à 30 degrés, vous réduirez par ailleurs la consommation d’électricité de près de 40% par rapport à un cycle à 60 degrés.

À quel point les mesures d’économie d’énergie sont-elles efficaces?

Pour que les mesures d’efficacité énergétique puissent déployer leur potentiel d’économie considérable, des changements fondamentaux sont indispensables. Dans le cas contraire, le risque est grand que les améliorations en matière d’efficacité ne réduisent pas réellement les besoins énergétiques, mais qu’elles se limitent à stimuler la consommation. C’est pourquoi il ne suffit par exemple pas d’acheter une voiture électrique. Il est en effet nettement plus judicieux de se demander si on a besoin de posséder une voiture.

Toutefois, les particuliers ne sont pas toujours en mesure de procéder seuls à des changements aussi fondamentaux. C’est pourquoi la politique et les entreprises doivent elles aussi entrer en jeu. Les entreprises doivent utiliser l’énergie de manière plus efficace. Quant aux politiciennes et aux politiciens, ils doivent permettre à la population d’utiliser l’énergie de manière plus économe au quotidien. Ce n’est que si les consommatrices et les consommateurs, les actrices et les acteurs de l’économie et les politiciennes et les politiciens travaillent main dans la main que nous pourrons faire des progrès perceptibles dans ce domaine.

Exemples de succès

La preuve que ces mesures portent leurs fruits a été apportée de longue date. Ces exemples montrent à quoi ressemblent les applications concrètes et prouvent que les économies d’énergie n’ont rien de sorcier.

Economies d’énergie: à la politique de jouer

Améliorer l’efficacité implique d’obtenir de meilleurs résultats sans augmenter la quantité utilisée. D’un point de vue énergétique, le plus grand potentiel réside dans les domaines de l’électricité, des bâtiments et des transports. Dans tous les secteurs, le WWF Suisse demande la mise en œuvre de mesures politiques pour rendre l’utilisation de l’énergie plus efficace.

Transports

  • Faire en sorte que les voitures neuves ménagent le climat. Cela signifie qu’elles ne doivent pas être inutilement grosses et lourdes (pas de SUV), mais alimentées par une batterie.
  • Introduction d’un nouveau système de financement des transports sur le modèle du pollueur-payeur (tarification de la mobilité). Concrètement, la mobilité efficace à base d’énergies renouvelables et en particulier aussi la réduction des kilomètres parcourus doivent être récompensées financièrement.
  • Encourager les transports publics et la mobilité piétonne et cycliste.

Electricité

  • Relever régulièrement les exigences minimales pour les appareils et les moteurs, afin que les produits inefficaces ne soient plus vendus.
  • Fixer des règles qui garantissent que les chauffages électriques sont remplacés aussi vite que possible par des solutions plus respectueuses du climat. Cette mesure est importante, car les chauffages électriques gaspillent énormément de courant hivernal, qui est pourtant très précieux.
  • Les distributeurs d’électricité doivent être obligés de prendre leurs responsabilités. Les consommatrices et les consommateurs d’énergie ont besoin d’une offre de conseil complète pour apprendre à économiser l’électricité. Le mieux est de récompenser financièrement les comportements les plus sobres.

Bâtiments

  • Incitations financières pour les assainissements énergétiques.
  • Prescriptions en matière d’assainissement avec délais de transition pour les bâtiments qui gaspillent le plus d’énergie.
  • Offres de financement garanties par l’Etat afin que les assainissements de bâtiments n’échouent pas pour des raisons de budget.
©
Wärmebildaufnahme eines Hauses
©
Umweltbewusste Fahrradfahrer auf der Strasse
©
Energieberatung

Ce que vous pouvez encore faire

Utilisez l’énergie consciemment. Informez-vous sur la consommation de vos appareils, moyens de transport ou systèmes de chauffage. Utilisez des accessoires simples comme des prises multiples équipées d’un interrupteur et éteignez votre chaîne stéréo ou votre téléviseur lorsque vous ne vous en servez pas. Calculez votre empreinte carbone personnelle et découvrez quel est votre potentiel d’économies individuel. Notre application Guide WWF vous aide à aménager votre quotidien de manière plus durable et consciente.

©
Sun met derrière la terre sous

Calculateur d'empreinte écologique

Evaluez votre impact personnel sur l'environnement et suivez nos conseils personnalisés pour l'améliorer.

©
Frau steht lächelnd am Bahnhof

Eco-conseils

Nos éco-conseils sont là pour vous permettre de gagner en durabilité au quotidien.