Minimalistische Einrichtung, pinker Raum und grüner Stuhl

Moins, c’est plus – le principe de sobriété

Chaque année, nous générons quelque 730 kg de déchets urbains, laissons pourrir 110 kg de denrées alimentaires intactes et émettons en moyenne plus de deux tonnes de CO2 dans l’atmosphère lors de nos déplacements aériens. Une fatalité? Non, si l’on en croit le concept de sobriété.

La sobriété, c’est la suffisance. Et donc l’inverse de l’excès. Cette notion recouvre des idées très variées tendant vers la même finalité: être (au moins) aussi heureux en consommant moins de ressources. Cette démarche s’avère bénéfique, à la fois pour l’homme et pour l’environnement. Voici des suggestions pour y parvenir.

A tester

«Zero Waste»

Presque toutes les grandes villes de Suisse disposent désormais de boutiques en vrac. «ZeroWaste Switzerland» en offre une bonne vue d’ensemble.

Sa cofondatrice, Natalie Bino, nous explique sa vie sans emballage: «Nous ne nous sommes pas retirés dans une grotte. Nous consommons tout simplement moins et mieux: la qualité, la production locale et la longévité nous tiennent à cœur.»

Natalie Bino sitzt am Tisch

Faire le tri

Une vie avec 119 objets seulement? «Moins, c’est mieux», assure le minimaliste Alan Frei dans cet article. Ceux qui n’aspirent pas à l’imiter dans l’immédiat, mais veulent tout de même se délester d’un poids, peuvent se fixer de menus objectifs. Pourquoi ne pas vous défaire chaque jour d’un objet, par exemple? Votre existence n’en sera que plus légère! Et si vous décidez de l’offrir ou de le vendre, vous ferez reculer à la fois les besoins de production et la consommation de ressources.

Un jour, en raison d’un voyage de longue durée, Stefanie Brenner s’est débarrassée de la plupart des affaires qu’elle possédait. Et ne les a jamais récupérées! «Maintenant, j’ai plus de temps pour mes amis car j’ai moins de rangement et de ménage à faire!»

Portrait Stefanie Brenner

Consommer moins

La réussite des vacances est-elle fonction du nombre de kilomètres parcourus par les airs? Faut-il toujours plus pour être heureux?

Pour Elmar Grosse Ruse, ce n’est pas une vérité générale: «Je veux un mode de vie dans lequel je me sens bien.» Pour lui, cela passe par la réduction drastique de toute consommation particulièrement nocive à l’environnement – viande ou voyages en avion notamment.

Portrait Elmar Russe

Vivre plutôt qu’acheter

Ceci est prouvé scientifiquement: les matérialistes ne sont pas heureux. Ils courent après l’argent et se comparent sans cesse aux autres, ce qui ne leur apporte guère de satisfaction. Plus que les signes extérieurs de richesse ou un énième sac à main, ce sont les expériences qui sont source de bonheur.

«Ce qui compte, ce sont les amitiés et les relations», affirme Monika Tobler. «Et elles se consolident en passant du temps ensemble.» La jeune femme préfère ainsi offrir des expériences que des jouets ou des bibelots.

Monika Tobler neben einer Plakatsäule

Gagner moins, mais être plus libre

Les comparaisons entre les différents pays et ménages le montrent: plus le revenu moyen est élevé, plus la pollution de l’environnement est importante.

Daniel Heusser a volontairement réduit son temps de travail après s’être demandé ce qu’il voulait vraiment. La réponse a été évidente: davantage de moments en famille – même si ses filles grandissent et pèsent de plus en plus lourd dans le budget du ménage. «Avec 20 pour cent de salaire en moins, je n’ai pas perdu en qualité de vie, j’ai tout simplement renoncé au superflu.»

Dani Heusser springt im Wald

Échange et partage

Presque tous les ménages possèdent une perceuse, pourtant utilisée 13 minutes par an en moyenne. La plupart du temps, elle a donc été produite pour rien, à grands renforts de plastique, de métal et d’énergie. Pourquoi ne pas la partager? Ou acheter des objets d’occasion, que l’on utilise un peu plus souvent?

«Je me suis mise à acheter des meubles et des vêtements de seconde main pour les enfants, parce qu’il faut sans cesse les rééquiper au fur et à mesure qu’ils grandissent», explique Giulietta Duyck. «A un certain moment, je me suis demandé pourquoi je n’achetais pas aussi des vêtements de seconde main pour moi.» Elle a fait de bonnes expériences: «De l’ensemble pour le bureau aux chaussures, j’ai déjà fait de belles trouvailles, souvent à peine portées. La qualité, le prix et la variété sont au rendez-vous et l’environnement peut souffler.»

Giuelietta Duyck sucht Kleider in der Circular-Economy-Ecke

A motiver

A faire

De nombreuses initiatives locales et parfois nationales facilitent la sobriété et la rendent plus séduisante.

  • Dans les Repair Cafés, vous pouvez faire réparer vos objets – de la radio à la boucle d’oreille – et réduire ainsi la montagne de vos déchets.
  • Avec les autocollants de Pumpipumpe, vous pouvez indiquer facilement à vos voisins ce que vous accepteriez de leur prêter.
  • Les achats d’occasion permettent aussi d’économiser les ressources: bourses, brocantes et plateformes de vente aux enchères sont faciles à trouver sur Internet.
  • Le rapport du WWF «Changer la mode» explique comment réduire la production textile et les répercussions de cette dernière sur l’environnement. Pourquoi ne pas organiser une soirée d’échange de vêtements? Voici une fiche d’instruction qui vous y aidera.
  • On trouve dans toute la Suisse des coopératives maraîchères – mettez la main à la pâte pour savourer des légumes locaux. Il n’y a pas plus varié, frais et naturel!
  • La page «Zeit statt Zeug» («Du temps au lieu de trucs») propose des suggestions d’expériences à offrir – des cadeaux 100 pour cent écologiques.
  • Réseau des objecteurs de croissance en Suisse romande: http://decroissance.ch/
  • Vous donnez ou cherchez un objet particulier? Dans les 2 cas, c’est par ici pour éviter de faire les magasins: https://www.keepinuse.ch/
  • Pour participer au SELs en Suisse, c’est-à-dire s’intégrer dans un système d’échange local de services, de compétences et de biens, au lieu d’acheter: http://sel-suisse.ch/trouver_un_sel.html
  • Les adresses de l’alimentation en vrac en suisse romande, quel que soit votre canton: https://www.frc.ch/utile-au-quotidien/les-bonnes-adresses-vrac/
  • Envie de faire un cadeau de Noël de seconde main ou immatériel? Inscrivez-vous ici: http://cadeausecondemain.ch/
  • Besoin de vêtements qui ne nécessitent pas de nouvelles ressources? Plus de 240 boutiques de seconde main en Suisse romande sont listées ici: https://www.arbolife.com/fr/magasins/seconde-main/

A lire

Les ouvrages consacrés à une vie plus sobre foisonnent. Nous pouvons vous conseiller les lectures suivantes:

  • Penser par soi-même: Guide de résistance d’Harald Welzer:réflexions fondamentales sur la joie du renoncement – ou mieux encore, de la simplification.
  • Se libérer du superflu de Niko Päch: pour sortir du cycle infernal de l’épanouissement matériel et aller à la rencontre de son moi profond.
Hülsenfrüchte im Zero Waste Laden Bare Ware, Winterthur

Acheter sans emballage, par exemple chez «bare Ware», à Winterthour